•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une saison difficile, le Rouge et Noir regarde vers l’avant

Adam Auclair et Jordan Beaulieu aux côtés de l'entraîneur-chef Paul LaPolice.

L’entraîneur-chef de l’équipe, Paul LaPolice, n’a pas parlé aux journalistes dimanche, mais il a l’intention de le faire plus tard cette semaine.

Photo : Rouge et Noir d'Ottawa

Radio-Canada

Avec une fiche de trois victoires en 14 matchs, le Rouge et Noir d’Ottawa n’a pas eu l’occasion de célébrer très souvent au cours de cette saison 2021. Mais l’équipe promet de tirer des leçons qui serviront pour son retour au jeu en 2022.

Au moins, la victoire de 19 à 18 face aux Alouettes de Montréal a permis de clore la saison sur une note positive.

Quand on perd beaucoup, on oublie parfois à quel point la victoire est satisfaisante, a fait savoir le joueur de ligne offensive Mark Korte.

Déterminée à faire taire ses détracteurs en début de saison, l’équipe a remporté son premier match à Edmonton, face aux Elks, avant de perdre les cinq autres qui ont suivi. Ils ont à nouveau battu les Albertains avant d’entamer une autre séquence de défaites, qui s’est conclue vendredi soir.

Au cours de l’hiver, l’état-major devra trouver des solutions pour renverser la vapeur.

Caleb Evans sur le point de lancer le ballon.

Sorti de nulle part, Caleb Evans en avait mis plein la vue à son premier match dans la LCF (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le premier dossier à régler serait celui à la position de quart-arrière. L’expérience Matt Nichols n’a pas porté ses fruits. Son réserviste Dominique Davis n’a pas fait mieux.

Ensuite, le jeune Caleb Evans a connu sa part de bons moments, mais a-t-il ce qu’il faut pour camper le poste de numéro un? Une autre option serait celle du nouveau venu, Devlin Hodges, un Américain qui a déjà goûté à la NFL. Dans son cas, l’évaluation est faible. Il n’a joué qu’un seul match avec le Rouge et Noir.

L’équipe pourrait donc se tourner vers un agent libre.

N’importe quelle pièce sera importante. Tout ce que nous ajouterons à l'équipe dans l'avenir sera un élément important parce qu'il fera partie intégrante de l'équipe et de la prochaine étape., a déclaré le directeur général par intérim, Jeremy Snyder, qui s’est amené en relève à Marcel Desjardins il y a quelques semaines.

Jeremy Snyder lors d'une conférence de presse.

Directeur général par intérim du Rouge et Noir, Jeremy Snyder a pris la relève de Marcel Desjardins, congédié quelques semaines avant la fin de la saison.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

D’ailleurs, ce dernier aura-t-il la chance de ne plus être intérimaire? Chose certaine, il le souhaite, et il va s’y préparer comme si on allait lui confier ces responsabilités. Il croit qu’il est l’homme de la situation.

Il y a eu beaucoup de choses qui ont mal tourné et je pense que c'est assez facile à évaluer.

La confiance d’Antoine Pruneau

Depuis le retour du football professionnel à Ottawa en 2014, le Québécois Antoine Pruneau a toujours fait partie du Rouge et Noir. Il est l’une des vedettes de l’équipe sur le terrain et dans la communauté.

Antoine Pruneau en train de sourire lors d'un point de presse avec les médias.

Depuis son arrivée à Ottawa en 2014, Antoine Pruneau a toujours été une tête d'affiche, sur le terrain et dans la communauté.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

À 32 ans, Antoine Pruneau ne doute pas qu’Ottawa peut renverser la vapeur très rapidement.

Il a donné en exemple l’année d’expansion, en 2014, où ses coéquipiers et lui n’avaient remporté que deux matchs sur 18.

Un an plus tard, ils ont savouré la victoire à 12 reprises, s’inclinant en finale de la Coupe Grey. En 2016, c’était à leur tour de soulever le précieux trophée.

Antoine Pruneau célèbre avec ses coéquipiers.

Antoine Pruneau a célébré son 100e match dans la LCF avec une interception (archives).

Photo : Rouge et Noir d'Ottawa

Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas amener de bons agents libres ici. C’est une belle ville pour jouer au football, alors j’ai confiance qu’on va pouvoir amener des morceaux importants.

Je pense qu’il y a beaucoup de gars, qui sont ici en ce moment, qui peuvent avoir un grand impact dans les succès de notre équipe, a poursuivi le Québécois, considéré comme le parrain de la French Mafia, le nom donné à la dizaine de footballeurs francophones, tous tissés serrés, avec qui il partage le vestiaire.

La progression des jeunes

Jeremy Snyder a vu du positif de la part de ses jeunes joueurs qui ont pu voir davantage de terrain au cours des dernières semaines.

Ce qui est bien, c'est que nous avons pu voir beaucoup de jeunes gars grandir. J'ai pu voir beaucoup de choses pour évaluer ces gars et voir où ils vont s'intégrer à l'avenir.

Parmi ceux-ci, il y a les joueurs de ligne offensive Jakub Szott et le Québécois Kétel Assé. Ce type de joueurs a obtenu beaucoup de temps de jeu qu'ils n'auraient peut-être pas eu dans les années précédentes.

Kétel Assé en train de se mettre de l'eau sur la tête pendant un entraînement à Ottawa.

Kétel Assé, un ancien bloqueur étoile du Rouge et Or de l’Université Laval, a été sélectionné au 65e rang en 2020 par le Rouge et Noir d’Ottawa (archives).

Photo : Rouge et Noir d'Ottawa

Au cours de la saison, 10 joueurs ont fait leurs débuts sur la ligne offensive du Rouge et Noir.

Je pense qu’il y avait beaucoup à apprendre, a fait savoir l’un de leurs collègues plus expérimentés, Mark Korte.

Je pense que cela va vraiment payer sur la route pour beaucoup de gars qui ont eu la chance d'avoir une expérience de jeu réelle qu'ils n'auraient peut-être pas eu ailleurs.

Le centre du Rouge et Noir, Jakub Szott, entouré de ses coéquipiers, qui ont presque tous la tête fixée au sol.

La ligne offensive du Rouge et Noir a eu de la difficulté à protéger son quart-arrière lors de la saison 2021 (archives).

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Korte, lui, a trois saisons complètes derrière la cravate. Il doit maintenant renouveler son contrat. L’athlète de 25 ans ne s’est pas fermement engagé à demeurer dans la capitale nationale, mais il n’exclut pas la possibilité de revenir.

Avec les informations de Lisa Wallace, La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !