•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jos Alco, le visage méconnu de la propagande de guerre des années 1940

Jos Alco.

Le personnage de Jos Alco était au centre d'une campagne de propagande au début des années 1940.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 80 ans, en plein coeur de Deuxième Guerre mondiale, l'Alcan lançait une campagne de propagande pour encourager les travailleurs de l'aluminerie à participer à l'effort de guerre.

La compagnie avait alors créé le personnage de Jos Alco pour ses publicités en 1941, peu de temps après que les employés eurent fait la grève pendant près d’une semaine.

C’était un ouvrier comme les autres , raconte Myriam Gauthier. Dans le cadre de son mémoire de maîtrise en études et interventions régionales, elle s’est intéressée à la propagande de guerre au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pendant ses recherches, elle a découvert par hasard Jos Alco dans les archives du Progrès du Saguenay. Le personnage a été créé de toutes pièces par l’Alcan.

Son apparence est vraiment calquée sur celle d'un cuviste, donc c'est un personnage qui a des lunettes de cuviste, la casquette, qui a vraiment l'apparence, un petit foulard dans le cou, l'habit du travailleur , énumère Myriam Gauthier.

Myriam Gauthier tient un journal dans lequel on voit le personnage de Jos Alco.

Myriam Gauthier s'est intéressée à la propagande de guerre dans son mémoire de maîtrise.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Jos Alco était au coeur de publicités qui étaient utilisées comme outil de propagande. Il avait aussi sa propre émission de radio.

Le but d'Alcan, à ce moment-là, c'était de convaincre les travailleurs de contribuer à l'effort de guerre en augmentant la production d'aluminium et également d'essayer de les convaincre qu'ils bénéficiaient de bonnes conditions de travail et qu'ils n'avaient pas à se plaindre , poursuit la chercheuse.

La compagnie voulait aussi empêcher la tenue d’une nouvelle grève.

Chose certaine, c'est qu'il n'y a pas eu d'autre grève à Arvida dans les années suivantes. Mais bon, est-ce qu'on peut associer directement la campagne au fait qu'il n'y a pas eu de grève? C'est un lien qu'on ne peut pas faire directement , précise Myriam Gauthier.

Cette dernière présentera les résultats de sa recherche lors d'une conférence à l'Université du Québec à Chicoutimi mardi.

D’après le reportage de Béatrice Rooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !