•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vigile pour le Jour du souvenir trans

Le drapeau transgenre est doté de deux bandes bleues, deux bandes rose et une bande blanche au centre.

Le drapeau de la Fierté transgenre a été créé en 1999. Les bandes bleues symbolisent le genre masculin, les bandes roses représentent le genre féminin; et la bande centrale blanche évoque les personnes non binaires. (archives)

Photo : Flickr / torbakhopper

Radio-Canada

À l'occasion du Jour du souvenir trans, l'organisme ID-est a organisé une veillée aux chandelles, samedi après-midi, à la Place des Anciens-Combattants de Rimouski.

ID-Est, c'est l'acronyme d'Identité de genre et Diversité sexuelle dans l'Est du Québec. La mobilisation initiée par l'organisme avait pour but de sensibiliser la population aux enjeux liés à la diversité sexuelle et la pluralité des genres.

Selon Alex Nadeau, certaines communautés bénéficient de plus de visibilité, notamment les personnes homosexuelles et bisexuelles. Sauf qu'il y en a moins pour les personnes trans et les personnes non-binaires, affirme-t-elle.

Alex Nadeau fait partie du comité ID-Est.

Le comité ID-Est cherche à visibiliser les enjeux liés à la diversité sexuelle et la pluralité des genres.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

« Il y a des certaines inégalités qui restent et [c'est pourquoi] on essaie d’avoir de plus en plus de visibilité. »

— Une citation de  Alex Nadeau, co-organisatrice, ID-Est

Au cours de la vigile, les prénoms de ceux et celles qui ont perdu la vie dans la dernière année en raison de la transphobie ont été cités. Un poème en leur mémoire a également été lu.

Une vingtaine de personnes étaient rassemblées à la place des anciens combattants samedi à Rimouski.

Une vingtaine de personnes étaient rassemblées à la place des anciens combattants samedi à Rimouski, à l'appel du comité ID-Est.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Un œil sur le projet de loi 2, selon ID-Est

La réforme du droit de la famille fait partie des enjeux qui préoccupent l'organisme rimouskois. Les communautés trans s'opposaient à l’exigence d’une chirurgie pour le changement de la mention du sexe, comme prévu dans le texte original du projet de loi 2.

Toutefois, le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, a reculé sur les aspects du projet de loi qui sont jugés transphobes. Malgré tout, ID-Est dit vouloir rester aux aguets.

Le comité ID-Est prévoit d'autres actions prochainement.

D'après le reportage de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !