•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De conspirationniste à porte-parole pour le vaccin contre la COVID-19

Une femme portant des lunettes, vêtue d'une jaquette d'hôpital.

Linda Méthot Hartley remonte tranquillement la pente après avoir contracté la COVID-19 et frôlé la mort.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une femme de Grand-Sault au Nouveau-Brunswick plongée dans le coma par la COVID-19 prouve que l'on peut renoncer à ses positions antivaccins.

Linda Methot Hartley a une tout autre opinion de la COVID-19 après avoir contracté la maladie et frôlé la mort.

Elle est passée de conspirationniste à porte-parole en faveur de la vaccination.

Elle souhaite maintenant partager son histoire et faire changer d'avis ceux qui pensent comme elle.

Pendant de longs mois après le début de la pandémie, la femme de 65 ans partageait sur sa page Facebook de la désinformation sur la COVID-19 et la campagne de vaccination.

Après avoir été plongée dans un coma pendant dix jours, elle a changé d'avis.

Je ne croyais pas que c'était terrible de même, mais là j'y crois , énonce Linda Methot Hartley. Et je suis en vie pour le partager avec tout le monde.

Elle tient maintenant à partager son histoire pour sensibiliser les récalcitrants à la vaccination, dans le but de les faire changer d'avis.

La main d'un malade couché sur une civière repose sur un drap  d'hôpital.

Linda Méthot Hartley dit qu'elle a constaté les impacts de la pandémie pendant son séjour à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada

Hospitalisée depuis le mois d'octobre à Edmundston, Linda Methot Hartley a encore du chemin à faire avant de pouvoir retourner chez elle.

Après avoir été plongée pendant une dizaine de jours dans le coma, elle a encore de la difficulté à manger, à boire et à marcher.

Je ne souhaiterais même pas ça à mon ennemi. Ce n'est pas drôle, ce n'est pas un cadeau. Il n'y a rien à rire de ça, parce que c'est terrible, affirme Mme Methot Hartley.

Inciter les autres à se faire vacciner

Dorénavant convaincue que le virus peut-être dangereux, voire fatal, elle souhaite convaincre les récalcitrants à la vaccination de changer d'avis.

Une main gantée tenant une seringue puise une dose de vaccin dans une fiole.

Après avoir partagé des publications conspirationnistes, Linda Méthot Hartley tente de convaincre ceux et celles qui hésitent de se faire vacciner contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Le vaccin ne fait pas mal, je l'ai eu mardi passé , précise-t-elle. Allez-vous faire vacciner, ceux qui n'aiment pas les vaccins. Ça peut vous sauver la vie. S'ils pognent ça, peut-être qu'ils ne seront jamais de retour eux autres.

« J'en ai vu plusieurs qui sont morts [de la] COVID, ils n'ont pas eu la chance comme moi. »

— Une citation de  Linda Methot Hartley

Lors de son séjour à l'hôpital, elle a aussi constaté les impacts de la pandémie sur les employés du milieu de la santé. Le personnel, ils sont à terre. Brûlés. Ils n'ont pas eu assez de personnes pour travailler. Il y en a que je voyais là jour et nuit. J'ai dit: ça n'a pas de bon sens, ça là.

Linda Methot Hartley espère pouvoir retourner à la maison dans les prochains jours.

D'ici là, elle souhaite que son message puisse aider des individus à changer d'avis, pour leur bien, mais aussi, pour donner un répit aux membres du personnel dans les hôpitaux.

D'après un reportage de Sarah Déry

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.