•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC arrête 15 personnes de plus en lien avec le pipeline Coastal GasLink

Un manifestant tenant un drapeau des guerriers mohawks devant une voiture aux phares allumés, la nuit, sur une route des environs de Prince George, en Colombie-Britannique.

Des membres des Wet'suwet'en ont lancé un avis d'éviction de leur territoire contre les représentants de Coastal GasLink dimanche dernier.

Photo : Layla Staats

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté 15 autres personnes, dont 2 qui s’identifient comme journalistes, vendredi, en vertu de l’injonction contre les opposants à la construction du gazoduc Coastal GasLink à l’ouest de Prince George, dans le nord de la Colombie-Britannique.

La police a investi le camp de manifestants appelé Coyote Camp, qui occupe un chantier du pipeline depuis le 25 septembre et qui empêchait Coastal GasLink de procéder au forage d’un tunnel sous la rivière Morice.

La GRC explique avoir lu le texte de l’injonction octroyée par la Cour suprême de la Colombie-Britannique à son arrivée à l’entrée du camp, vendredi, avant d’informer les occupants à plusieurs reprises qu’ils devaient quitter l’endroit. Les policiers sont ensuite entrés de force et ont procédé aux arrestations.

En tout, 29 personnes ont été arrêtées au camp en lien avec l’injonction depuis jeudi. Outre les arrestations, la police dit s’affairer à retirer les arbres tombés et l’équipement renversé afin de rendre les routes carrossables.

Des 14 personnes arrêtées jeudi, 1 a été relâchée sans accusation, 8 ont retrouvé leur liberté moyennant certaines conditions et 5 ont été transportées à Prince George, où elles sont attendues en cour lundi.

Une leader Wet’suwet’en et deux journalistes

Selon la coordonnatrice des communications de clan Gidimt’en, Jennifer Wickham, sa soeur Sleydo’ (Molly Wickham), l’une des organisatrices de l’opposition au pipeline, compte parmi les personnes arrêtées vendredi.

De son côté, l’Association canadienne des journalistes soutient que la photojournaliste Amber Bracken, qui couvrait le camp pour le Narwhal, et le documentariste Michael Toledano ont aussi été arrêtés.

L’association se dit profondément inquiète à la suite des arrestations et espère obtenir plus d’information.

Avec les informations de Kate Partridge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !