•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition recueille 12 000 signatures pour la survie de la serre indo-australienne

Un cadenas verrouille une clôture avec, en arrière-plan, la silhouette d'une grande serre vitrée

La serre indo-australienne, une des plus volumineuses en Amérique, est fermée au public depuis 15 ans.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Tanguay

La serre indo-australienne de l’ancien zoo de Québec, vouée à une démolition imminente, trouve des défenseurs au-delà des limites de Charlesbourg. Une pétition en ligne initiée par un résident de Laval a recueilli plus de 12 000 signatures, en plus de mobiliser le soutien de plusieurs personnalités publiques, dont l’auteure et militante écologiste Laure Waridel.

Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Québec de sauver ce fleuron, construit au coût de 14 M$ et fermé après quatre ans d’activités, en 2006.

Le bureau de la ministre de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a reçu la pétition vendredi. Interpellé samedi matin, il renvoie les signataires vers le centre de services scolaires des Premières-Seigneuries, actuel propriétaire de la serre et des anciens bâtiments du zoo.

Comme nous leur avons mentionné hier, il s'agit du dossier du centre de service scolaire, répond l’attaché de la vice-première ministre dans un courriel succinct.

À la lueur de cette réponse, l’organisme Le Jardin de la Capitale semble avoir peu de chance d’obtenir la rencontre d’urgence demandée avec la vice-première ministre pour éviter ce qu’il qualifie de gâchis imminent.

Laure Waridel au micro, devant des manifestants réunis autour d'une serre vitrée

Au lendemain des élections, une centaine de manifestants ont interpellé le maire élu, Bruno Marchand, pour qu'il sauve la serre.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Le centre de services scolaires des Premières-Seigneuries a déjà indiqué n'avoir ni la mission, ni le budget pour entretenir et rénover la serre de 2500 m2. Tant qu'elle restera sous sa responsabilité, la serre est vouée à la démolition.

Cet équipement unique, qui devrait être l’objet de notre fierté, a été construit avec les taxes des citoyens de tout le Québec. Il est donc essentiel que son avenir soit déterminé dans une démarche citoyenne transparente et que l'on mette tout en œuvre pour valoriser de façon responsable ce site exceptionnel, plaide le président de l’organisme, Michel Lagacé, dans un communiqué.

Les pétitionnaires ont aussi présenté leur requête au nouveau maire de Québec, Bruno Marchand. Celui-ci avait demandé, lors de la campagne électorale, un moratoire sur le démantèlement de la serre pour étudier sa revalorisation.

Interrogée quant à ses intentions maintenant qu’elle a accédé au pouvoir, l’équipe de M. Marchand n’avait pas répondu aux demandes de Radio-Canada au moment de mettre ce texte en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !