•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comité municipal pour la désignation historique de 2 bâtiments de Saint-Boniface

L'ancien poste de police situé au 227 boulevard Provencher

Le Dr Marc Fréchette est le propriétaire de l’ancien poste de police de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Comité des bâtiments et des ressources historiques de la Ville de Winnipeg a donné son accord lors d'une réunion vendredi matin d'ajouter l’ancien poste de police de Saint-Boniface situé au 227 boulevard Provencher à la liste des bâtiments historiques.

Les membres du Comité ont fait de même avec le bâtiment au 233 boulevard Provencher, qui abrite les locaux actuels du Festival du Voyageur.

Cette désignation est importante pour la préservation du patrimoine de Winnipeg. La démolition des bâtiments sur cette liste est interdite et les modifications des éléments caractéristiques nécessitent une approbation du département de planification, de la propriété et du développement de la Ville.

Winnipeg souhaite préserver la mémoire de l’architecture de ces bâtiments conçus par l'architecte Étienne Gaboury et construits dans les années 1960.

Ça représente un style d’architecture qui est reconnu comme typiquement Winnipeg de l’époque. C’est du ciment, c’est dur, c’est supposé représenté que c’est fort, imperméable, raconte l’historien et ancien directeur du Musée de Saint-Boniface, Philippe Mailhot.

Le propriétaire de l’ancien poste de police de Saint-Boniface, le Dr Marc Fréchette, s’oppose à cette désignation. Il affirme que la nomination est superflue puisqu'il envisage déjà de préserver l'intégrité historique bâtiment.

Le Dr Fréchette craint que la désignation puisse nuire à son projet de clinique médicale et à sa rentabilité. Le président du groupe Héritage Saint-Boniface, Walter Kleinschmit, souligne que la rentabilité d’un bâtiment est essentielle à sa préservation.

La désignation historique empêche la protection de l’édifice d’une façon pratique, parce qu’elle ne sera pas rentable telle quelle. Si la bâtisse n’est pas rentable, elle va détériorer en qualité et éventuellement elle risque d’être abandonnée ou sous-utilisée et perdre sa valeur historique.

Lors de la rencontre, la planificatrice au patrimoine du Service de l'urbanisme de la Ville de Winnipeg, Rina Ricci, a indiqué que tous les avis seront pris en compte dans l’étude de cette éventuelle nomination historique des bâtiments.

La Ville évaluera aussi la rentabilité du bâtiment dans le processus et étudiera des éléments historiques identifiés.

Le comité exécutif et le conseil municipal pourraient aussi se prononcer sur les deux bâtiments.

Les propriétaires des bâtiments et la communauté pourront s’opposer à la désignation historique lors d'une rencontre qui doit avoir lieu d'ici trois mois.

Avec les informations d’Émile Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !