•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tirs policiers font des blessés lors d’une manifestation à Rotterdam

Une foule dans les rues de Rotterdam.

Une manifestation à Rotterdam contre le confinement partiel a dégénéré en émeute, selon la police.

Photo : anp/afp via getty images / KILLIAN LINDENBURG

Agence France-Presse

Des tirs de sommation de la police ont fait plusieurs blessés vendredi dans la ville portuaire de Rotterdam, où une manifestation contre un confinement partiel pour lutter contre la pandémie de COVID-19 a tourné à l'« émeute », a indiqué la police locale.

Un canon à eau a été utilisé pour tenter de disperser les manifestants qui ont déclenché des feux d'artifice et allumé des incendies à plusieurs endroits dans une rue commerçante au centre-ville, a confirmé la police de Rotterdam.

Des images partagées en masse sur les réseaux sociaux ont montré une voiture de police en flammes, ce qu'un porte-parole a également confirmé auprès de l'AFP.

Les Pays-Bas ont réintroduit la semaine dernière un confinement partiel avec une série de restrictions sanitaires, touchant notamment le secteur de la restauration, pour faire face à une flambée de cas de COVID-19.

Une manifestation qui a débuté ce soir à 20 h sur le Coolsingel [centre-ville] a donné lieu à des émeutes. Des incendies ont été allumés à plusieurs endroits. Des feux d'artifice ont été déclenchés et la police a tiré plusieurs tirs de sommation, a déclaré la police de Rotterdam dans un communiqué.

Il y a des blessés liés aux coups de feu tirés lors de cette manifestation qui a tourné à l'émeute, a-t-elle annoncé, sans en confirmer le nombre.

La police antiémeute a repoussé à plusieurs reprises les manifestants, en utilisant notamment un canon à eau, a-t-on indiqué de même source. Les autorités locales ont interdit les rassemblements dans la zone afin de prévenir de nouvelles violences.

Il s'agit d'une situation très grave qui nécessite une action de la plus haute priorité, indique l'ordonnance prise en urgence par la Municipalité de Rotterdam pour interdire ces rassemblements.

Un nombre record de cas de COVID-19

La gare principale très fréquentée de cette ville portuaire a également été fermée en raison des troubles.

Le premier ministre néerlandais Mark Rutte avait annoncé il y a une semaine la réintroduction d'un confinement partiel avec une série de restrictions sanitaires pour faire face à un nombre record de cas de COVID-19.

Les bars et les restaurants doivent fermer à 20 h, au moins jusqu'au 4 décembre.

Les citoyens sont appelés à ne pas accueillir plus de quatre personnes chez eux et à faire du télétravail, sauf si cela n'est vraiment pas possible.

Les manifestations publiques sont supprimées et les matchs de football joués à huis clos.

Écoles ouvertes

Les écoles restent toutefois ouvertes et les sorties hors du domicile sont autorisées.

Le gouvernement envisage également de restreindre l'accès aux lieux de restauration et de loisirs après la période de trois semaines aux seules personnes vaccinées ou guéries de la COVID-19, ainsi qu'à celles présentant un test négatif, ce qui a été vivement critiqué par le Parlement cette semaine.

Des affrontements entre police et manifestants avaient déjà éclaté le jour où les mesures avaient été annoncées, et la police avait alors également utilisé un canon à eau pour disperser des manifestants à La Haye.

La police avait en outre arrêté 15 personnes samedi dernier dans une ville du nord des Pays-Bas après des heurts entre les forces de l'ordre et des centaines de personnes mécontents de la fermeture anticipée des bars à cause de la COVID-19.

Plus de 21 000 nouvelles contaminations par le coronavirus ont été signalées vendredi aux Pays-Bas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !