•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Les Oilers ont-ils besoin d’un autre gardien de but?

Un filet de hockey

La situation des gardiens des Oilers fait encore beaucoup jaser à Edmonton

Photo : Radio-Canada / Paul Palmeter/CBC News

La situation des gardiens chez les Oilers est une situation qui suscite les discussions auprès des amateurs depuis des lustres. Malgré les succès de l’équipe, cette saison ne fait pas exception.

Pour une troisième année consécutive, les Oilers ont décidé de faire confiance au tandem composé de Mike Smith et de Mikko Koskinen, une décision qui n’a pas semblé plaire à une grande majorité de supporteurs de l’équipe, qui exigeait du changement afin de pouvoir aspirer aux grands honneurs.

À l’image du reste de l’équipe, lors des saisons 2019-2020 et 2020-2021 le duo a fait du bon travail, mais n’a pas connu de succès en séries.

Statistiques 2019-2020

Parties jouées

Victoires

Défaites

Défaites en prolongation

Moyenne

% efficacité

Mike Smith

39

19

12

6

2,95

,902

Mikko Koskinen

38

18

13

3

2,75

,917

Statistiques 2020-2021

Parties jouées

Victoires

Défaites

Défaites en prolongation

Moyenne

% efficacité

Mike Smith

32

21

6

2

2,31

,923

Mikko Koskinen

26

13

13

0

3,17

,899

Stuart Skinner

1

1

0

0

5,03

,868

Statistiques 2021-2022

Parties jouées

Victoires

Défaites

Défaites en prolongation

Moyenne

% efficacité

Mike Smith

3

2

0

0

3,08

,923

Mikko Koskinen

11

9

2

0

2,96

,910

Stuart Skinner

4

1

2

0

2,10

9,40

Les statistiques des deux gardiens sont assez similaires, à l’exception de la saison dernière, alors que Mike Smith a été excellent et que Mikko Koskinen a connu une saison difficile.

En toute honnêteté, on ne peut pas dire que les gardiens soient le plus gros problème des Oilers. Les chiffres montrent qu’ils font du bon travail devant le filet de l’équipe.

Cependant, rarement, très rarement, peut-on affirmer que l’équipe a inscrit une victoire parce que son gardien a volé la rencontre.

L’équipe gagne généralement parce qu’elle inscrit beaucoup de buts. Que son gardien soit bon ou qu’il ait donné un ou deux mauvais buts importe peu.

Depuis le début de la saison, les Oilers inscrivent en moyenne 3,81 buts par match, ce qui les place au deuxième rang de la LNH à ce chapitre.

En revanche, l’équipe accorde en moyenne 3,00 buts par rencontre, ce qui les place au 19e rang.

En 16 parties, l’équipe a inscrit sept fois moins de quatre buts. Sa fiche dans ces circonstances est de trois gains et quatre revers. Quand les Oilers inscrivent cinq buts ou plus, leur dossier est de neuf victoires et aucune défaite.

Les statistiques ne disent pas tout

Mikko Koskinen près du banc des joueurs lors d'un échauffement d'avant-match.

Mikko Koskinen accorde souvent un but rapidement en début de match.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Même si elles semblent intéressantes, il y a une chose que les statistiques de Mikko Koskinen ne disent pas.

Son pourcentage d’efficacité de ,910 signifie qu’il arrête 910 lancers chaque fois qu’il en reçoit 1000 (on veut habituellement qu’un gardien maintienne une efficacité de plus de ,900).

Le problème est qu’il accorde très souvent un but dans les premiers instants d’un match ou sur un des premiers lancers qu’il reçoit.

En 10 départs cette saison, sept fois il a accordé un but sur un des cinq premiers lancers dirigés vers lui.

Cette situation force les Oilers à jouer du hockey de rattrapage, plutôt que de pouvoir eux-mêmes dicter le rythme du jeu. Cela sans compter l’effet psychologique que peut avoir un but accordé en début de rencontre tant pour le gardien que pour ses coéquipiers.

La confiance des supporteurs envers le gardien finlandais s’en trouve affecté, celle des joueurs des Oilers probablement aussi.

En trois départs, Mike Smith a cédé une fois sur le troisième lancer qu’il a reçu. Stuart Skinner, lui aussi en trois départs, a toujours bloqué au moins les cinq premiers tirs dirigés vers lui.

Stuart Skinner la solution?

Stuart Skinner des Oilers devant son filet lors d'un  match.

Même s'il n'a remporté qu'un seul de ses trois départs Stuart Skinner joue très bien cette saison pour les Oilers.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Skinner n’a remporté qu’un seul des trois matchs qu’il a amorcé, mais il a très bien joué lors de ses deux autres départs.

Il est le grand responsable de la victoire des Oilers jeudi face aux Jets, alors qu’il a réalisé 46 arrêts lors du match et deux autres en tirs de barrage. Il a d’ailleurs récolté la première étoile du match.

Lors de ses deux premiers départs à Detroit et à Buffalo, il a repoussé 35 et 20 arrêts pour permettre à son équipe de batailler pour la victoire jusqu’à la fin des deux rencontres.

Il est encore trop tôt pour dire qu’il est le gardien d’avenir des Oilers, mais jusqu’à maintenant il a démontré qu’il était en mesure de tirer son épingle du jeu dans la LNH.

Au retour de Mike Smith, blessé encore pour au moins quelques semaines, les Oilers devront peut-être prendre une importante décision à savoir qui partagera le travail avec le gardien de 39 ans.

Échange en vue?

Marc-André Fleury durant un match

Le nom de Marc-André Fleury est souvent lié aux Oilers

Photo : Getty Images / Jonathan Daniel

De nombreuses rumeurs font état de la possibilité d’un échange possible entre les Oilers et une autre formation pour l’acquisition d’un gardien.

Le nom de Marc-André Fleury des Blackhawks revient souvent, mais le gardien de 36 ans peut soumettre une liste de 10 équipes auxquelles il refuse d’être échangé. Il a donc en quelque sorte le dernier mot sur une possible transaction.

Si jamais les Oilers désiraient faire l’acquisition de celui qui a remporté le Trophée Vezina la saison dernière, ce sera sans doute plus tard durant la saison, plus près de la date limite des échanges.

La réalité est que pour l’instant, peu d’équipes sont prêtes à se départir d’un gardien de qualité. En février, quand on aura un meilleur portrait de quelles équipes prendront part aux séries, il sera plus facile pour les Oilers d’acquérir un gardien, même si ce n’est que pour avoir un peu plus de profondeur à cette position.

Pour l’instant, tant que l’équipe continue de gagner, rien ne presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !