•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valinouët : des avis de non-conformité pour des débris enfouis de l’ancien chalet

Une pelle mécanique dans un stationnement de terre.

Au moment de creuser, des débris de l'ancien chalet du Valinouët ont été retrouvés enfouis dans le sol.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a émis des avis de non-conformité après que des débris de l'ancien chalet du Valinouët aient été trouvés enfouis dans le sol par le nouveau propriétaire du terrain lors de travaux.

Destination Monts-Valin souhaitait commencer la construction de son stationnement il y a un mois sur un des terrains que l'entreprise, qui offre à la base des excursions à motoneige, vient d'acquérir. Il est notamment planifié d'y construire un restaurant et un hôtel de 40 chambres.

Les débris, comprenant des blocs de béton, de l'acier d'armature et des tuyaux de plastique, ont été retrouvés sur le stationnement et deux terrains à proximité.

On a trouvé des morceaux de tuile, de la tuyauterie en plastique, beaucoup de béton, des fondations avec toute de la broche d'acier qui est dedans. Toute la tuyauterie à l'intérieur de la fondation, a détaillé le promoteur et directeur des opérations de Destination Mont-Valin, Daniel Engel.

C'est à ce moment que la compagnie a porté plainte au Ministère.

Un homme avec un chandail à capuchon pose devant un stationnement.

Daniel Engel est le directeur des opérations pour Destination Monts Valin.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Trois avis de non-conformité ont ensuite été délivrés, dont un au propriétaire du terrain. Les deux autres ont été remis à la Coopérative de travail du Mont Victor-Tremblay, qui exploite le Valinouët, puis à Denis Girard Excavation, l'entreprise qui avait mené les travaux.

Les nouveaux propriétaires, quand ils ont creusé, ils ont trouvés des débris. On s'entend qu'ils ont été surpris. Nous aussi on a été surpris parce que les débris étaient supposés avoir été traités, s'est défendu Alain Tremblay, directeur général du Valinouët. Par contre, ce qui est important de comprendre, c'est que c'est seulement du béton armé. Ce n'est pas de l'huile, ce n'est pas des déchets contaminants. Par contre, c'est important de les traiter.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a donné jusqu'au 3 décembre aux entreprises pour lui fournir un plan de mesures correctives.

Mais déjà, la direction du Valinouët affirme s'être entendue avec l'entreprise d'excavation. Joint au téléphone, le propriétaire de Denis Girard Excavation a mentionné que les travaux pour remédier à la situation allaient commencer dès la semaine prochaine.

D'après un reportage de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !