•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD dénonce le « silence radio » des libéraux après une cyberattaque

Le député Don Davies en gros plan lors d'un point de presse.

Don Davies, porte-parole en matière de santé du Nouveau Parti démocratique du Canada

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le NPD critique le « silence radio » des libéraux sur les mesures prises par Ottawa depuis la cyberattaque qui secoue le réseau de la santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Quelqu’un a besoin de rendre des comptes au public et je comprends qu’il y a des considérations entourant la confidentialité, mais les Canadiens doivent être rassurés, estime Don Davies, porte-parole néo-démocrate en matière de santé.

La cyberattaque survenue le 30 octobre dernier a entraîné une panne informatique massive qui a secoué le réseau provincial de la santé. Des milliers de chirurgies, d’examens et de rendez-vous ont été reportés à la dernière minute.

Les données personnelles des patients et des travailleurs de la santé ont aussi été volées, mais les gouvernements provincial et fédéral ne donnent que très peu d'informations sur la panne informatique et les cybercriminels.

« Je n’accepte pas qu’il n’y ait rien qui puisse être divulgué en ce moment. Nous avons besoin d'informations de base sur le type d’attaque survenue, ce qui s’est passé et une idée générale de ce que le gouvernement fait. »

— Une citation de  Don Davies, porte-parole en matière de santé

Seamus O’Regan balaie les critiques

Le ministre responsable de Terre-Neuve-et-Labrador, Seamus O’Regan, indique que les ministres fédéraux suivent les conseils des experts de cybersécurité en limitant leurs commentaires publics sur l’attaque.

Ma priorité, en fin de compte, n’est pas de faire de belles déclarations sur le travail du gouvernement fédéral, c’est plutôt de m’occuper des patients et des citoyens de la province, affirme Seamus O’Regan.

Seamus O'Regan.

Le ministre fédéral du Travail, Seamus O'Regan, à Saint-Jean, T.-N.-L., en mai 2021.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Il y a des discussions de très haut niveau, ajoute-t-il, en expliquant que les ministres fédéraux suivent les conseils des experts de cybersécurité en limitant leurs commentaires publics.

« La province bénéficie du soutien total du secteur fédéral de la sécurité et du renseignement depuis le début. »

— Une citation de  Seamus O'Regan, ministre libéral du Travail

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, n’était pas disponible pour une entrevue, vendredi.

Un signal d’alarme pour le reste du Canada

Le président-directeur général de SoinsSantéCAN, Paul-Émile Cloutier, estime qu’Ottawa devrait instaurer des normes nationales sur la protection des données personnelles des patients.

Les provinces ont leurs propres standards, leurs propres normes et c’est malheureux qu’il n’y ait pas de normes suggérées par le fédéral afin de s'assurer que ces standards sont tous les mêmes partout au Canada, indique M. Cloutier, dont l’organisme représente les hôpitaux de recherche, les centres de santé et les organisations de santé au Canada.

Mais ce n’est pas seulement des normes, c'est aussi un investissement que le fédéral devrait faire dans le domaine de la formation, de l’infrastructure, en donnant aux provinces les outils nécessaires pour être capables de détecter ces choses-là avant que l’événement ait lieu.

Paul-Émile Cloutier croit que le gouvernement fédéral comprend bien que la cyberattaque à Terre-Neuve-et-Labrador représente un signal d’alarme pour tout le pays.

Je pense que le fédéral comprend très bien que c’est peut-être le moment de penser de cette situation comme étant excessivement sérieuse. C’est un problème national et majeur, et qui nécessite une réponse nationale forte, affirme-t-il.

Seamus O’Regan rappelle que la cyberattaque fait l’objet d’une enquête interne de la province et d’une investigation criminelle de la GRC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !