•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique limite l’accès à l’essence dans certaines régions

L’ordre est autorisé en vertu de l’état d’urgence déclaré mercredi.

Une file d'attente s'est créée aux abords d'une station d'essence.

Sur l'île de Vancouver, les inondations ont endommagé la route Malahat qui relie le Grand Victoria à la vallée de Cowichan, et poussent certains automobilistes à faire le plein d'essence.

Photo : Ken Mizokoshi/CBC

L’approvisionnement en essence étant réduit en raison des inondations en Colombie-Britannique, le gouvernement ordonne une restriction de l'achat à la pompe dans certaines régions de la province. Il précise que son application se fera « sur l’honneur » et espère que les Britanno-Colombiens y obéiront de leur propre chef.

Les conducteurs du Grand Vancouver jusqu’à la région de Hope, ceux de l’île de Vancouver, des îles Gulf, de la côte Sunshine et de la région du Sea-to-Sky ne pourront obtenir plus de 30 litres d’essence par visite, a annoncé le ministre de la Sécurité publique Mike Farnworth.

L’ordre sera en vigueur jusqu'au 1er décembre et est autorisé en vertu de l’état d’urgence déclaré mercredi.

Au cours des derniers jours, de nombreux Britanno-Colombiens ont pris d’assaut les stations d’essence à plusieurs endroits dans la province, dont Victoria.

Un système sur l’honneur

Questionné à propos de la mise en œuvre de cette restriction, le ministre a semblé pris de court. Le gouvernement s’attend à ce que les Britanno-Colombiens se plient à l’ordre de leur propre chef. Il n’y aura pas de surveillance policière aux stations d’essence, indique le ministre Farnworth.

Ils feront la bonne chose. Y aura-t-il des gens qui ne vont pas obéir? Oui. Mais la forte majorité fera la bonne chose.

La Colombie-Britannique travaille de concert avec Ottawa afin que de l’essence soit transportée vers la province. Cela veut dire importer [du pétrole] de l’Alberta, des États de Washington, de l’Oregon et d’aussi loin que la Californie par bateau, explique le ministre Farnworth.

Les véhicules d'urgence et essentiels auront un accès illimité à l'essence, assure-t-il.

Des semi-remorques et des débris sur la route en bordure.

Des véhicules abandonnés et des débris sur la route 1 après l'inondation à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le mercredi 17 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Restriction de déplacements

La Colombie-Britannique limite également les déplacements non essentiels sur les routes touchées par les inondations et les glissements de terrain, notamment, les routes 3, 7 et 99.

Les déplacements considérés comme essentiels incluent notamment le transport de marchandises et de biens essentiels, comme des médicaments.

Les détails sur l'application de cet ordre seront publiés prochainement. Le ministre Farnworth espère que la population comprendra les raisons qui motivent une telle mesure d’urgence et qu’elle coopérera. 

Si vous n'avez pas besoin de voyager maintenant, restez à la maison. Si vous n'avez pas besoin de voyager, vous n'aurez pas besoin d'essence. Gardez les routes dégagées. Si vous pouvez travailler à domicile, veuillez le faire.

Des sacs de sable dans une zone agricole inondée.

Des bénévoles remplissent des sacs de sable aux fermes de la zone inondée Sumas Prairie en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Mise à jour de la situation vendredi

Quatre personnes manquent toujours à l’appel suivant les glissements de terrain qui ont fait un mort lundi dernier près de Lillooet.

Des milliers de vaches et de poules ont péri dans les inondations à Abbotsford. La province reçoit de l’aide financière de l’État de Washington et d’autres provinces canadiennes, affirme la ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Pêches, Lana Popham.

Environ 65 militaires sont présentement à Abbotsford, située près de la frontière américaine, pour contribuer aux efforts de réparation de la digue afin de contenir les eaux débordantes. Le maire d’Abbotsford Henry Braun estime que les coûts de réparation et de nettoyage de l’inondation atteindront près de 1 milliard de dollars pour les contribuables.

En tout, plus de 17 000 Britanno-Colombiens ont dû évacuer leur logement en raison des inondations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !