•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pierres gravées d’au moins 1000 ans ont été découvertes au parc Wanuskewin

Une pierre de forme ronde sur laquelle sont tracées des stries.

C’est aux bisons eux-mêmes que cette découverte archéologique peut être attribuée. Réintroduits en 2019 dans le parc de Wanuskewin, ils ont exhumé le bout d'une première pierre par le «vautrage», une pratique qui consiste à se rouler sur le sol.

Photo : soumise par / Wanuskewin Heritage Park

Radio-Canada

Des pétroglyphes, soit des pierres gravées, remontant vraisemblablement à 1000 ans, ont été découverts sur le site du parc patrimonial de Wanuskewin, à Saskatoon. Ces œuvres d'art ont été réalisées il y a plusieurs centaines d'années par les membres d'une Première Nation du territoire et constituent une découverte archéologique importante.

Cette découverte, effectuée en 2019, a été rendue publique vendredi.

Le plus lourd des pétroglyphes encore sous terre pèse jusqu’à 540 kg.

Le parc est situé sur les terres ancestrales de la Première Nation Dakota, près de la rivière Saskatchewan Sud.

Les pétroglyphes constituent un exemple d'art rupestre traditionnel appelé Hoofprint , qui évoque la chasse aux bisons.

C’est aux bisons eux-mêmes que cette découverte archéologique peut être attribuée. Réintroduits en 2019 dans le parc de Wanuskewin, ils ont exhumé le bout d'une première pierre par le « vautrage », une pratique qui consiste à se rouler sur le sol.

Fait notable, un couteau de pierre, l'outil au moyen duquel les gravures ont été tracées, a été trouvé à côté des pétroglyphes.

Petite pierre, taillée sur la longueur, avec les bords effilés.

Le couteau en pierre qui aurait servi à accomplir les gravures.

Photo : soumise par / Wanuskewin Heritage Park

Selon l’archéologue en chef et cofondateur du parc de Wanuskewin, Ernie Walker, ces pierres attestent de la présence d'une culture avant même la rencontre entre les Européens et les Premières Nations du territoire.

Ernie Walker affirme toutefois qu’il est impossible de savoir à quand remontent ces œuvres exactement. Il estime l'âge de ces pétroglyphes de 300 à 1800 ans. Par ailleurs, ces œuvres sont typiques du sud de l’Alberta et de la Saskatchewan, du Dakota du Nord, du Dakota du Sud, du Montana et du Wyoming.

La directrice générale du parc patrimonial de Wanuskewin, Darlene Brander, explique que les auteurs de ces pétroglyphes étaient en réalité en train de graver leur héritage dans la pierre depuis de nombreuses années.

L'une des particularités des pétroglyphes est qu'ils donnent un aperçu des aspects spirituels et cérémoniaux de cette culture.

La découverte constitue aussi, selon Darlene Brander, une occasion d'en apprendre davantage sur les peuples qui en sont à l'origine. Aujourd'hui, nous avons le devoir de raconter cette histoire comme un appel à la réconciliation en jetant la lumière sur les cultures distinctes et admirables des peuples des plaines du Nord.

Le parc Wanuskewin fait partie de la liste indicative du patrimoine canadien de l'UNESCO, un répertoire des lieux patrimoniaux naturels et culturels les plus susceptibles d’être inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. 

Ernie Walker est l'un de ceux qui défendent la candidature du site. Il y voit des gains potentiels pour l'ensemble de la province.

Se voir attribuer un statut de l'UNESCO permettra une reconnaissance internationale. Certainement, il y aura du tourisme international, et cela changera Saskatoon. J'aimerais croire que cela changera la Saskatchewan.

Avec les informations de Pratyush Dayal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !