•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si une simple pilule permettait de guérir un cancer?

Au printemps prochain, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) sera l’hôte d’un essai clinique des plus particuliers. Des patients testeront une pilule expérimentale contre le cancer. Un médicament pris oralement une fois par jour, dans le confort de son domicile. Le comprimé en question porte le nom de code PCLX-001.

Des pilules.

Le comprimé PCLX-001 sera mis à l'essai au CHUM au printemps 2022.

Photo : Radio-Canada

L’idée semble trop belle, miraculeuse, diront certains. Mais pour le chercheur Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta, c’est loin d’être le cas.

« Il n’y a rien de miraculeux. Les miracles, ça ne s'explique pas, ce n'est même pas de la magie. C'est simplement le résultat d'années de recherche. C'est le processus scientifique dans toute sa beauté et sa pureté. »

— Une citation de  Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta

Mais comment cela est-il possible? D’abord, il faut savoir que, parmi les milliers d’enzymes produites par nos cellules, deux d’entre elles, la NMT1 et la NMT2, intéressent le laboratoire du professeur Luc Berthiaume.

Si ces deux enzymes sont intéressantes, c’est que les cellules saines les produisent. Mais chez les cellules cancéreuses, on n’en retrouve qu’une seule. Cette faiblesse, le professeur Berthiaume veut l’exploiter. Voici comment.

Dessin d'une cellule.

Une cellule saine.

Photo : Radio-Canada

Quand PCLX-001 entre dans la cellule saine, il se lie à NMT1 pour stopper son action. Heureusement, NMT2 est là pour prendre la relève.

Dans la cellule cancéreuse, il n’y a que NMT1. Absente, NMT2 ne peut prendre la relève. Alors quand PCLX-001 se lie à NMT1, la cellule cancéreuse meurt, car cette enzyme est essentielle à sa survie.

« Notre médicament cible de façon préférentielle les cellules cancérigènes et a l'air jusqu'à maintenant, selon toutes nos évidences scientifiques, d'épargner les cellules normales. »

— Une citation de  Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta

Ça marche chez la souris, mais chez l’humain, on ne le sait pas. Mais c’est une question de temps, car les vertus de PCLX-001 sont maintenant confrontées à la réalité. Les essais cliniques ont commencé. Soixante patients répartis entre Vancouver, Edmonton et Toronto. Au printemps prochain, Montréal deviendra le quatrième lieu d’essais.

Les volontaires recrutés sont en phase terminale. Tout a été tenté pour les sauver, mais plus rien ne fonctionne.

Les deux tiers sont atteints d’un lymphome. Les autres ont reçu un diagnostic de cancer du sein, du poumon ou du côlon.

Comment les patients vont-ils réagir? C’est pour le savoir que cet essai clinique est mené.

Portrait de Luc Berthiaume.

Le professeur Luc Berthiaume.

Photo : Radio-Canada

« Notre médicament est très différent de la chimiothérapie conventionnelle. Il n'attaque pas l'ADN comme la chimio conventionnelle le fait. Donc, on ne s'attend pas à voir beaucoup d'effets secondaires parce que PCLX-001 est une médecine de précision. Il cible les cellules cancérigènes. »

— Une citation de  Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta

Moins d’effets secondaires ne veut pas dire aucun effet secondaire.

« Dans nos études de biosécurité chez les animaux, on a vu que les effets secondaires principaux étaient au niveau du côlon. On parle de diarrhée et de déshydratation, des effets secondaires qui sont très faciles à contrôler. »

— Une citation de  Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta

Un médicament anticancer, la pilule miracle, les médecins en rêvent depuis des décennies. Mais en recherche, l’espoir fait souvent place à la déception.

« Autant j'ai peur de décevoir, autant je suis confiant. Selon nos données scientifiques, le composé va fonctionner. »

— Une citation de  Luc Berthiaume, biologiste cellulaire à l’Université de l’Alberta

Et si Luc Berthiaume avait raison… Si son entêtement des 15 dernières années lui permettait de trouver ce que tout le monde cherche?

Le reportage de Danny Lemieux et de Sylvie Mallard est diffusé à l'émission Découverte dimanche à 18 h 30 sur ICI Radio-Canada Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !