•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : la C.-B. critiquée pour ne pas avoir utilisé son système d’alerte

Un hélicoptère de la Gendarmerie royale du Canada survole des fermes inondées de la région de Sumas Prairie.

En comparaison, l’Ontario a utilisé un système semblable plus de 200 fois au cours des deux dernières années.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Radio-Canada

La Colombie-Britannique n’a jamais utilisé le système d’alerte par messagerie cellulaire mis en place à l'échelle nationale en 2018. Cette décision est à nouveau critiquée après que des inondations ont entraîné des milliers d’évacuations dans la province.

En comparaison, l’Ontario a utilisé le système En Alerte plus de 200 fois depuis 2019, principalement pour des alertes Amber et des avis de tornades. L’Alberta en a envoyé 80. La Saskatchewan en a envoyé 101 au cours de la même période.

La stratégie de la Colombie-Britannique est d’utiliser le système En Alerte pour les tsunamis, et non pour les autres désastres qui l’ont affligée cette année, notamment la vague de chaleur, qui a fait plus de 500 morts, l’incendie qui a ravagé Lytton ou encore les inondations, qui ont détruit des routes et coupé les millions d'habitants des basses terres de la vallée du fleuve Fraser du reste de la province continentale.

La décision est prise « sur le terrain »

Une alerte a pourtant presque été envoyée à Abbotsford mardi, mais la Municipalité touchée par l’inondation de Sumas Prairie a refusé.

Mercredi, le maire d'Abbotsford, Henry Braun, a expliqué pourquoi il n'avait pas déclenché le système d'alerte à l'échelle de la municipalité de 160 000 personnes. Nous avons pris la décision [...] de contacter directement les 300 résidents de Sumas Prairie.

La décision de ne pas utiliser le système En Alerte a été critiquée par des habitants dans les réseaux sociaux.

Ce genre de décision revient aux experts sur le terrain, pas aux experts sur Twitter, affirme le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth.

De plus, dit-il, le système ne peut pas fonctionner dans des endroits sans couverture de téléphone portable, qui sont nombreux dans la province.

Critiqué à l’Assemblée législative par les partis d’opposition, le ministre a affirmé que la province comptait utiliser le système d'alerte au printemps et à l’été prochains lors de la saison des feux de forêt.

La chef du Parti libéral, Shirley Bond, juge que les choses ne vont assez vite. C’est tout simplement insuffisant.

Avec des informations de Justin McElroy et Rhianna Schmunk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !