•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement fédéral : Air Canada vole de ses propres ailes

Un avion d'Air Canada décolle de l'aéroport international de Vancouver à Richmond, en Colombie-Britannique.

Air Canada estime qu'elle est en mesure de progresser en raison de l'amélioration de ses liquidités.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

La Presse canadienne

Air Canada a annoncé vendredi son retrait du soutien financier du gouvernement fédéral, après avoir emprunté plus d'un milliard de dollars pour rembourser ses clients dont les vols ont été annulés pendant la pandémie de COVID-19.

La sortie de l'accord de sauvetage de plusieurs milliards de dollars marque un autre signe concluant de nos progrès, a affirmé le chef de la direction du transporteur, Michael Rousseau, dans un communiqué.

« La reprise d'Air Canada à la suite de la COVID-19 se poursuit. Nous rappelons des employés, nous ajoutons de nouvelles liaisons à notre réseau, nous revoyons des fréquences à la hausse, nous rétablissons des services. »

— Une citation de  Michael Rousseau, chef de la direction d'Air Canada

M. Rousseau a noté qu'Air Canada avait conclu un financement de 7,1 milliards de dollars au dernier trimestre.

La compagnie aérienne a négocié un accord de 5,9 milliards de dollars avec Ottawa en avril pour un programme d'aide qui mettait à sa disposition des prêts, mais exigeait également des engagements pour plafonner la rémunération des dirigeants à 1 million et rétablir le service dans les aéroports régionaux.

La société montréalaise a indiqué avoir emprunté environ 1,2 milliard de dollars dans le cadre de la facilité de crédit gouvernementale destinée au remboursement des passagers, les fonds ayant été versés directement aux clients. Les autres prêts disponibles dans le cadre de l'accord n'ont pas été utilisés.

Plus de la moitié des clients ont été remboursés

Environ 58 % des clients admissibles ont demandé des remboursements, y compris certains qui n'étaient pas couverts par le prêt fédéral. Les autres ont opté pour des crédits pour des vols futurs, a précisé Air Canada. L'argent utilisé pour acquitter les billets sera remboursé au gouvernement selon les termes de l'accord, a-t-elle ajouté.

Le plan de secours a également permis au gouvernement fédéral d'acheter pour 500 millions de dollars d'actions d'Air Canada, qui a ainsi obtenu une participation de 6 % dans la plus grande compagnie aérienne du Canada. Ottawa continue de détenir cette participation.

Les restrictions de voyage mises en place au début de la pandémie ont été catastrophiques pour le secteur du transport aérien, qui a commencé à afficher de meilleurs résultats financiers au cours de l'été, même s'il s'agit toujours de pertes.

Le voyagiste Transat AT a également conclu un accord avec Ottawa en avril pour emprunter jusqu'à 700 millions de dollars, dont près de la moitié servirait à rembourser ses clients.

En revanche, WestJet Airlines a commencé à offrir des remboursements aux voyageurs dès juin 2020, et a choisi de ne pas compter sur des emprunts auprès du gouvernement fédéral.

Chute de passagers, réduction d’effectifs

Le nombre de passagers d'Air Canada a chuté de 73 % en 2020, après plusieurs années de croissance record. La ligne aérienne a réduit ses effectifs d'environ 22 000 durant la première année de la pandémie, avant d'en rappeler quelque 10 000 au cours des neuf premiers mois de 2021 – plus de la moitié de ceux-ci lors de son plus récent trimestre, alors que davantage d'avions reprenaient leur envol.

La société a enregistré une perte stupéfiante de 4,65 milliards de dollars en 2020, un résultat qui a couronné ce que le chef de la direction de l'époque avait qualifié d'année la plus sombre de l'histoire de l'aviation.

Air Canada a perdu 3,11 milliards de dollars supplémentaires jusqu'à maintenant cette année, mais ses flux de trésorerie nets de 153 millions de dollars au troisième trimestre étaient les premiers flux de trésorerie positifs de l'entreprise depuis le début de la pandémie.

Dans le cadre de l'entente avec Ottawa, Air Canada a accepté d'émettre des bons de souscription au gouvernement. Le transporteur a indiqué qu'avec la résiliation des facilités de crédit d'exploitation, la moitié de ces bons, qui n'ont pas encore été acquis par le gouvernement, ont été annulés. Sous réserve de l'approbation de la Bourse de Toronto, Air Canada entend racheter aux fins d'annulation la tranche restante des bons de souscription à leur juste valeur marchande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !