•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault veut ramener les Nordiques et soulève les passions

Montage du premier ministre et du logo des Nordiques.

François Legault souhaite le retour des Nordiques.

Photo : Radio-Canada / La Presse Canadienne / NHL

François Legault veut prendre le flambeau et jouer un rôle majeur pour ramener les Nordiques à Québec, au moment où le plus grand promoteur de ce vieux rêve, Régis Labeaume, quitte la vie politique.

Le premier ministre du Québec y est allé de déclarations susceptibles de rallumer la flamme des plus irréductibles nostalgiques des Nordiques, qui ont quitté Québec pour le Colorado il y a plus de 25 ans.

Le projet de revoir un jour la rivalité Canadien-Nordiques n'est pas mort, selon Legault, bien au contraire.

Les Nordiques célèbrent le but de la victoire de Dale Hunter contre les Canadiens de Montréal lors des séries éliminatoires de la saison 1981-1982.

Les Nordiques célèbrent le but de la victoire de Dale Hunter contre les Canadiens de Montréal lors des séries éliminatoires de la saison 1981-1982. Un moment fort de la rivalité entre les deux équipes.

Photo : Radio-Canada

Il faut regarder qui est prêt à investir, a-t-il confié jeudi soir sur les ondes de RDS, quelques minutes avant que le Canadien de Montréal subisse un cuisant revers de 6 à 0 aux mains des Penguins de Pittsburgh.

On a un amphithéâtre à Québec qui est déjà construit. On est en train de regarder qu'est-ce qu'on est capables de faire pour ramener les Nordiques, a-t-il ajouté.

« Mais moi, je pense qu'on est capables d'avoir une deuxième équipe au Québec. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec
L'homme parle au micro, devant un panneau affichant le logo de la Coupe Stanley.

Gary Bettman

Photo : usa today sports / Winslow Townson

Rendez-vous avec Bettman en 2022

François Legault a même affirmé que son gouvernement va rencontrer le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), Gary Bettman, en 2022 pour promouvoir la candidature de Québec. Une candidature qui a pourtant été refusée à deux reprises par les bonzes de la LNH lors de projets d'expansion, au profit de Las Vegas et de Seattle.

J'ai parlé avec [Bettman] déjà, puis on a des rencontres de prévues au cours des prochains mois, a précisé le premier ministre, qui tenait ses propos en marge de l'annonce de la création d'un comité sur l'avenir du hockey au Québec.

Le politicien estime notamment qu'un retour des Fleurdelysés aurait un effet positif sur l'engouement des jeunes pour notre sport national.

Les trois se tiennent debout, souriants, dans les gradins du Centre Bell.

Isabelle Charest, François Legault et Marc Denis

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Invité à réagir, le bras droit de Gary Bettman, Bill Daly, a décliné l'invitation de Radio-Canada.

Nous n'avons aucun nouveau commentaire à faire dans ce dossier, s'est-il limité à dire.

Vives critiques

De l'autre côté de la frontière, les propos du premier ministre font toutefois abondamment réagir tant sur la planète hockey qu'en politique.

La députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, parle d'une diversion, alors que le projet de troisième lien est vivement critiqué. Une sortie qui survient aussi à un drôle de moment, selon elle, à l'aube d'une première rencontre officielle entre le premier ministre et le nouveau maire de Québec, Bruno Marchand, prévue pour cet après-midi.

François Legault, le maître incontesté de la diversion. La veille de sa rencontre avec le nouveau maire de Québec, Bruno Marchand, il sort de son chapeau le retour des Nordiques afin de faire diversion et nous faire oublier son 3e lien à 10 milliards, a-t-elle rédigé sur son compte Twitter.

Marwah Rizqy, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation, assise au Salon bleu.

Marwah Rizqy, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation

Photo : Radio-Canada

La député solidaire de Taschereau, Catherine Dorion, abonde dans le même sens.

Retour des Nordiques : personne n’est contre le sirop d’érable, François. Mais sans vouloir t’insulter, t’es pas le premier à t’essayer… T’es pas non plus le premier politicien à essayer grossièrement de changer de sujet quand il sent la soupe chaude, a-t-elle écrite sur Twitter.

Le journaliste sportif à Radio-Canada Antoine Deshaies doute aussi de la manoeuvre de François Legault.

S’afficher ouvertement pour les Nordiques, c’est comme dire que le sirop d’érable, c’est bon. Je veux dire, il n’y a pas de risque pour personne, a analysé le journaliste spécialisé à l'émission matinale Première heure

Concrètement, je pose la question : "qu’est-ce que la province peut faire pour inciter la LNH à revenir à Québec?" Parce que les conditions semblaient en place en 2016, lorsque la LNH a préféré Vegas pour l’expansion, ajoute Antoine Deshaies, faisant ainsi référence à l'implication du riche homme d'affaires Pierre Karl Péladeau dans le dossier.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, avec les anciens Nordiques Peter Stastny, Michel Goulet et Marc Tardif.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, avec les anciens Nordiques Peter Stastny, Michel Goulet et Marc Tardif en septembre 2012

Photo : THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Le rêve de Labeaume

L'an dernier, l'ex-maire de Québec Régis Labeaume a également soufflé sur les braises lorsqu'il a évoqué que la pandémie pouvait jouer un rôle dans un éventuel retour des Nordiques. Des propriétaires perdaient beaucoup d'argent à cause la COVID-19, selon Labeaume, et Québec pourrait en bénéficier avant longtemps.

Un peu comme Winnipeg, qui a attendu patiemment le retour de ses Jets, profitant des déboires financiers des Thrashers d'Atlanta il y a 10 ans.

Différents experts en marketing sportif ont alors appelé à cesser de vendre du rêve à la population de Québec.

(Avec la collaboration d'Olivier Lemieux et de Colin Côté-Paulette)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !