•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire : le gouvernement Houston se prépare à manquer de personnel

Une preuve de vaccination affichée sur un téléphone.

La politique de vaccination obligatoire des travailleurs du secteur public en Nouvelle-Écosse contre la COVID-19 s'applique à plus de 80 000 employés.

Photo : CBC/Matthew Howard

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse et certains membres de son Cabinet s’attendent à ce que des centaines d’employés du secteur public provincial soient bientôt suspendus s’ils ne sont toujours pas vaccinés contre la COVID-19.

Le gouvernement provincial emploie plus de 80 000 travailleurs, dont les professionnels de la santé, les enseignants, les agents correctionnels. Ces travailleurs ont moins de deux semaines pour prouver qu’ils sont complètement vaccinés ou qu'ils sont en voie de le devenir.

La date limite du 30 novembre approche. Le premier ministre affirme que son gouvernement se prépare à manquer de personnel.

Tim Houston reconnaît que le manque de personnel n’est pas une bonne chose, mais il souligne que la politique de vaccination obligatoire des employés du gouvernement est imposée pour protéger le public. Il dit être convaincu que c’est une bonne décision.

Des taux de vaccination par secteur

Le ministère de la Santé a présenté mercredi les taux de vaccination de certains groupes d’employés. Les données suivantes remontent au 16 novembre :

Des taux de vaccination par secteur en Nouvelle-Écosse

Service public

Taux de vaccination chez les employés qui ont déclaré leur statut vaccinal

Taux d’employés qui ont déclaré leur statut vaccinal

Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse

94 %

88 %

Hôpital pour enfants IWK

99 %

99 %

Établissements de soins de longue durée

93 %

89 %

Préposés aux soins à domicile

89 %

78 %

Services de santé d’urgence

99 %

88 %

Éducation

97 %

75 %

La ministre de l’Éducation, Becky Druhan, a déclaré qu’elle est très satisfaite du taux de vaccination du personnel scolaire. Elle a dit croire que ces employés prennent la vaccination au sérieux et qu’ils ont fait une bonne chose.

Quant au fait que 25 % des travailleurs en éducation n’ont pas encore dévoilé leur statut vaccinal, la ministre affirme que plusieurs raisons peuvent expliquer cela, dont l’absence de certains employés. Elle ajoute qu’il leur reste encore du temps pour fournir ces renseignements.

Becky Druhan reconnaît que des employés non vaccinés dans le secteur de l’éducation seront peut-être suspendus après le 30 novembre. Elle dit que des solutions de rechange sont élaborées pour répondre à des problèmes de ce genre.

Pas de réponse facile, selon la ministre de la Santé

La ministre de la Santé, Michelle Thompson, s’attend aussi à la suspension d’employés dans son domaine. Elle souligne que le système de santé peut aussi être perturbé en cas d’éclosions de COVID-19 ou si un nombre important de travailleurs de la santé contractent cette maladie.

Il n’y a pas de réponse facile à ces questions, ajoute Mme Thompson, mais elle dit que le système de santé a déjà fait preuve de souplesse et qu’il fonctionnera malgré tout.

La ministre des Soins de longue durée est optimiste

Barbara Adams, ministre des Soins de longue durée, affirme que son personnel a communiqué avec les 133 foyers de soins de la province pour évaluer leurs besoins et préparer un plan de circonstance. Certains établissements ont déjà cessé d’accepter de nouveaux résidents, dit-elle.

Certains foyers de soins ont besoin de travailleurs occasionnels, d’autres, d’infirmières d’autres provinces, et d'autres encore, de personnes pour accompagner des résidents qui ont la démence, selon la ministre Adams. Chaque foyer de soins a sa propre stratégie basée sur ses besoins, dit-elle.

Quant à savoir comment la Nouvelle-Écosse pourra trouver l’aide qu'il lui faut dans le contexte de la pénurie nationale de travailleurs dans ce domaine, la ministre Adams pense que sa province bénéficiera de personnel à venir.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Gary Burrill, demande au gouvernement progressiste-conservateur de dévoiler publiquement ses plans de circonstance. Le gouvernement, dit-il, doit mieux communiquer ce qu’il compte faire pour maintenir ses services publics avec un personnel réduit.

D’après un reportage de Jean Laroche, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !