•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Steve Norn veut mettre la controverse derrière et reprendre son travail

Le député Steve Norn est photographié à l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest.

Peu après son retour d'un voyage en Alberta, Steve Norn a été déclaré développé la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Sara Minogue / CBC

Au lendemain du dépôt d’un rapport recommandant sa destitution, le député Steve Norn et son avocat ont réitéré leur désaccord, tant avec le processus suivi par l’arbitre qu’avec ses conclusions. Le député a également affirmé qu’il veut retourner au travail.

Lors d’une conférence de presse, le député de Tu Nedhé-Wiilideh a d’emblée suggéré que l’enquête de l’arbitre en lien avec une plainte pour inconduite d’un élu de l’Assemblée législative passait outre le processus démocratique du Nord.

[Ce rapport] est un recul pour la réconciliation dont on parle si souvent dans cet édifice. J’ai pu voir et vivre en grande partie le privilège blanc, de l’hypocrisie et un manque de respect pour notre processus dans le Nord, a souligné le député.

Poursuivant sur la même lancée, Steve Norn a insisté sur le fait que l’arbitre et l’avocat qui l’accompagnait « n’ont jamais mis les pieds dans le territoire, ne connaissent pas notre culture ou nos façons de faire en politique ».

Les accusations

Le député est accusé de ne pas avoir respecté sa quarantaine à son retour d’un voyage en Alberta.

Il s’est notamment présenté à l’Assemblée législative du territoire, risquant ainsi de contaminer des collègues et des employés. L’accusation a mené à l’enquête d’un arbitre pour inconduite d’un élu.

L’arbitre Ronald Barclay conclut, dans son rapport déposé mercredi, que Steve Norn a failli à cinq reprises aux conditions de sa quarantaine et a fait de fausses déclarations aux autorités sanitaires et aux médias à propos de cette affaire.

L’arbitre a qualifié ce comportement de cavalier, d’autant que le député a été déclaré positif moins d’une vingtaine de jours après son retour aux Territoires du Nord-Ouest.

Steve Norn doit également comparaître devant les tribunaux pour une contravention dont il fait l’objet pour les mêmes accusations.

Des recours encore obscurs

Steve Norn croit que les conclusions suggérant sa destitution ne sont qu’un moyen politique pour permettre à [ses] collègues de déposer une motion [pour déclarer un siège vacant], ce qui n’est jamais arrivé au territoire auparavant.

Son avocat, Steven Cooper, a suggéré à plusieurs reprises qu’il s’agit d’un précédent politique, au pays, pour lequel les recours ne sont pas encore clairs.

Il s’agit d’un terrain vierge à bien des égards. Si la recommandation est suivie [et le siège déclaré vacant], nous n’avons pas accès à une révision judiciaire ou à un appel dans le sens traditionnel, a expliqué l’avocat, qui évalue toujours si d’autres options pourraient être explorées.

Une simple erreur

Steve Norn affirme que plusieurs députés, au fil des ans, ont commis des erreurs sans pour autant perdre leur siège. 

J’ai reçu une contravention. Plusieurs d’entre nous reçoivent des contraventions tous les jours. Selon moi, ce n’est pas suffisant pour perdre son siège, son emploi, a conclu le député.

Ailleurs sur le web :

Radio-Canada n’est pas responsable du contenu des sites externes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !