•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vote sur plan de réformes sociales de Biden reporté à vendredi au Congrès

Chargement de l’image

Le premier vote sur le programme de réformes sociales de Joe Biden se tiendra vendredi matin.

Photo : Associated Press / Patrick Semansky

Agence France-Presse

Les élus américains ont reporté à vendredi un premier vote sur le gigantesque programme de réformes sociales et écologiques du président Joe Biden au terme d'une séance de débats qui s'est étirée dans la nuit, signe que l'adoption de ce projet qui doit transformer les États-Unis est encore long et semé d'embûches.

Le chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a fait dérailler les plans de la majorité démocrate en utilisant son temps de parole illimité pour se lancer dans un discours-fleuve.

Pendant plus de quatre heures, il a dénoncé à la tribune l'impact selon lui désastreux de ce plan sur l'inflation et l'économie américaine, en passant par le retrait d'Afghanistan, ses voyages en Europe, Elon Musk ou les toiles accrochées dans son bureau.

À minuit et demi, alors qu'il parlait encore, les démocrates se sont résignés et reporté le vote à 8 h.

La Chambre basse du Congrès doit se prononcer sur un plan social et environnemental de 1750 milliards de dollars, qui prévoit notamment l'école maternelle pour tous, des crédits d'impôt pour les foyers américains et des investissements conséquents pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le texte, baptisé Reconstruire en mieux (Build Back Better) devra ensuite être examiné par le Sénat, ce qui pourrait intervenir dans plusieurs semaines.

Le président avait péniblement remporté une première manche avec le passage à la Chambre des représentants, au début du mois, de son plan sur les infrastructures de 1200 milliards de dollars, le plus grand programme de travaux publics aux États-Unis depuis que Dwight Eisenhower a créé le réseau d'autoroutes entre les États en 1956.

J'ai signé une loi historique sur les infrastructures, et le plan Build Back Better est en route. Cela s'améliore, a assuré Joe Biden sur Twitter jeudi.

Ce plan est une vision spectaculaire pour l'avenir, avec des actions historiques et porteuses d'une vraie transformation pour le système de santé, les familles et le climat, avait plus tôt affirmé Mme Pelosi dans un courrier aux élus.

Chargement de l’image

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi

Photo : Associated Press / J. Scott Applewhite

Les centristes rassurés

Les démocrates de la Chambre semblent avoir surmonté les différends internes entre les centristes, inquiets de l'effet sur la dette, et l'aile gauche qui voulait aller encore plus loin dans les dépenses.

Ils ne doivent pas perdre plus de trois membres pour remporter tout vote suivant les lignes partisanes.

Le Bureau du budget du Congrès a indiqué jeudi soir que le plan augmenterait le déficit de 367 milliards de dollars sur 10 ans. Mais pour la Maison-Blanche, l'estimation ne tient pas compte des économies possibles liées à la fiscalité.

Ce plan va réduire le déficit de plus de 100 milliards de dollars sur 10 ans, a écrit Joe Biden sur Twitter. Et il permettra de baisser les coûts, créer des emplois et reconstruire notre économie.

Les inquiétudes sur la hausse du coût de la vie viennent assombrir les efforts du président Biden pour convaincre les Américains de l'importance de ses plans.

Le mois dernier, les prix avaient augmenté de 6,2 % sur un an, apportant de l'eau au moulin de l'opposition républicaine qui ambitionne de reprendre les deux chambres du Congrès aux démocrates l'an prochain aux élections de mi-mandat.

Prochaine étape : le Sénat

Et même si la Chambre adopte le projet de loi cette semaine, le chemin reste long, d'autant que le texte sera certainement retouché par le Sénat.

Le Sénat étant très exactement divisé avec 50 élus pour chaque camp, tout démocrate ou affilié a dans les faits ce qui s'apparente à un droit de veto sur tout projet de loi si les républicains serrent les rangs.

Les progressistes dans les deux chambres font pression pour un programme de congé parental de quatre semaines payées au niveau national et une couverture maladie élargie, mais les derniers chiffres de l'inflation pourraient nuire à leur campagne.

Chargement de l’image

Le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale, Joe Manchin, dispose d'un poids important, compte tenu de la dynamique politique au Sénat.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale Joe Manchin, principal obstacle à l'adoption de ce projet social et environnemental, a dit s'opposer au congé parental, l'un des éléments les plus populaires du programme.

Les tensions entre démocrates centristes et progressistes à la Chambre ont semblé s'apaiser, mais il n'est pas certain que chacun des deux camps votera pour la version qui reviendra du Sénat.

Nous allons continuer à travailler sur cette loi importante jusqu'à ce qu'elle soit passée, a déclaré le leader de la majorité démocrate du Sénat, Chuck Schumer, dans un discours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !