•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coastal GasLink : la GRC arrête 14 Wet’suwet’en qui bloquaient une route d’accès

Des agents de la GRC semblent entassés à plusieurs sur un manifestant alors que d'autres agents lourdement armés assurent la garde.

La GRC a annoncé qu'elle avait arrêté 14 personnes le jeudi 18 novembre alors que des manifestants wet’suwet’en bloquaient une route.

Photo : Twitter : @Gidimten

Radio-Canada

Depuis dimanche, des manifestants wet'suwet'en bloquaient une route d’accès près de Houston. Jeudi, elle a été dégagée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui a arrêté 14 personnes.

Ces 14 personnes ont été arrêtées « pour avoir enfreint l'injonction » et transportées au détachement de Houston, a annoncé la GRC. Elles doivent comparaître devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique vendredi.

La GRC a expliqué qu'elle avait fait respecter une injonction interdisant aux manifestants de bloquer la route utilisée par les travailleurs du projet de gazoduc.

De son côté, Coastal GasLink a déclaré dans un communiqué qu'elle avait été informée que la route n'était pas encore sécurisée pour les déplacements publics.

Le déblocage de la route a rendu possible l’approvisionnement en eau et en fournitures de 500 travailleurs du pipeline, selon Coastal GasLink.

Plus de 15 agents de la GRC en formation au milieu d'une route enneigée devant un engin de chantier.

La GRC a annoncé avoir arrêté 14 personnes jeudi alors que des manifestants wet’suwet’en bloquaient une route.

Photo : Twitter : @Gidimten

Dimanche, le blocage a été mis en place par des membres du clan de Gidimt'en, l'un des cinq clans de la nation wet'suwet'en, ce qui a coupé les travailleurs du pipeline, qui sont plus de 500, de leur accès vers l'extérieur. Les travailleurs avaient reçu un préavis de 8 heures pour quitter leur camp, a expliqué le groupe dans un communiqué.

Une porte-parole des manifestants a déclaré dans une vidéo publiée en ligne que les agents avaient lu l'ordonnance d'injonction, puis avaient commencé les arrestations.

La porte-parole du clan de Gidimt'en, Sleydo', qui a pour nom anglais Molly Wickham, a déclaré que l'injonction ordonnée par le tribunal n'avait aucune autorité sur leurs terres.

« Les chefs héréditaires wet'suwet'en et nos clans ont pleine juridiction ici. Ils font intrusion, violent les droits de la personne, violent les droits autochtones et, ce qui est encore plus important, ils violent la loi wet'suwet'en. »

— Une citation de  Sleydo' (Molly Wickham), porte-parole du clan de Gidimt'en
Molly Wickham au milieu d'une forêt enneigée.

Molly Wickham, également connue sous le nom de Sleydo', est membre du clan de Gidimt'en.

Photo : Gracieuseté de Yintah Film LTD

Jennifer Wickham, coordonnatrice des médias pour le poste de contrôle de Gidimt'en, a déclaré que des avions affrétés avec des agents de la GRC étaient arrivés au cours des deux derniers jours et que, parmi les personnes arrêtées, se trouvent deux aînés wet'suwet'en.

La GRC dit avoir interrogé deux personnes âgées ayant des problèmes médicaux liés à des problèmes cardiaques qui ont été évaluées par les services de santé d'urgence sur place puis « transportées hors de la zone par mesure de précaution ».

« Je pense que c'est absolument fou qu'ils envoient tous ces membres de la GRC dans le nord en ce moment, alors qu'il y a un état d'urgence dans la province. »

— Une citation de  Jennifer Wickham, coordonnatrice des médias, poste de contrôle de Gidimt'en

Fin d’une période discrétionnaire, selon la GRC

Mercredi, un communiqué publié par le conseil élu des Wet'suwet'en a déclaré que les manifestants ne les avaient pas consultés avant de bloquer la route et que leurs actions ne peuvent prétendre représenter les membres des Gidimt'en ou tout autre dans la Première Nation.

Une camionnette renversée sur une route enneigée.

Une camionnette écrasée et renversée est placée à travers l'entrée d'un pont d'accès essentiel sur la Morice Forest Service Road.

Photo : Gracieuseté de Yintah Film LTD

La GRC explique qu'elle est intervenue pour porter secours à plusieurs centaines de travailleurs illégalement bloqués par les manifestants, car elle avait d'importantes inquiétudes concernant la coupe d'arbres par des manifestants, le vandalisme sur de la machinerie lourde et des dommages à la route forestière.

« Nous espérions qu'une solution soit trouvée sans avoir recours à l'application de la loi. Cependant, il est devenu très clair pour nous que notre période discrétionnaire est arrivée à son terme et que la GRC doit maintenant exécuter les ordonnances [du tribunal]. »

— Une citation de  Gendarmerie royale du Canada

La GRC compte rester sur place « pour s'assurer que les routes restent accessibles et dégagées ».

Le différend concernant le gazoduc de 670 kilomètres avait déjà éclaté en 2019 et en 2020, et de nombreux manifestants qui ont défié l'injonction du tribunal ont été arrêtés.

L'opposition au pipeline parmi les chefs héréditaires wet'suwet'en a déclenché des rassemblements de solidarité et des blocages ferroviaires à travers le Canada l'année dernière.

Le chef et le conseil élus de la Première Nation Wet'suwet'en et d'autres dans la région ont approuvé le projet. Depuis, un protocole d'entente a été signé entre les gouvernements fédéral et provincial et les chefs héréditaires wet'suwet'en, ce qui jusqu'à présent avait apaisé les tensions.

Le pipeline qui transporterait le gaz naturel de Dawson Creek, dans le nord-est de la Colombie-Britannique, à Kitimat, sur la côte, est terminé plus qu'à moitié avec la quasi-totalité de la route dégagée et 200 kilomètres de la canalisation installés jusqu'à présent, a indiqué la société.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !