•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jury du 35e FICFA récompense les meilleurs films

Une femme portant une robe vert pomme est photographiée à l'extérieur.

La cinéaste belge Laura Wandel au Festival de Cannes le 8 juillet 2021.

Photo : Associated Press / Invision / Vianney Le Caer

Radio-Canada

La 35e édition du Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA) a couronné jeudi soir au Centre culturel Aberdeen, à Moncton, une production belge qui accumule les récompenses depuis sa sortie.

À l’unanimité, le film Un monde de la réalisatrice Laura Wandel a remporté le prix La Vague du meilleur long métrage de fiction international.

Premier long métrage de la cinéaste belge de 37 ans, Un monde révèle la jeune actrice Maya Vanderbeque, qui avait 9 ans au moment du tournage. Le jury du FICFA a encensé la manière dont Laura Wandel a su créer un microcosme bouleversant avec économie et tendresse.

Un monde a déjà reçu le prix Sutherland du film le plus original de l’année au Festival du film de Londres, le mois dernier, et le prix décerné par la Fédération internationale de la presse cinématographique dans la section Un certain regard du plus récent Festival de Cannes.

Une autre cinéaste belge, Adrianna Da Fonseca, a été primée dans la catégorie du meilleur court métrage international. Le jury acadien a jeté son dévolu sur La ressource humaine dans cette catégorie, pour son audace et sa finale cathartique et décalée.

Les oiseaux ivres, qui est seulement le deuxième long métrage en 10 ans du cinéaste québécois Ivan Grbovic, a été élu meilleur long métrage de fiction canadien.

Les membres du jury à Moncton ont salué le jeu de la distribution, l’originalité et la pertinence du scénario coécrit par Sara Mishara et Ivan Grbovic.

L'affiche du film Mona.

Samuel Landry interprète Mona dans le film de Xavier Gould.

Photo : Photo fournie par Angie Richard

Mona, de Xavier Gould, a reçu le prix de la meilleure œuvre acadienne court métrage à cette 35e édition du festival.

L’aspect authentique et vulnérable du personnage principal interprété par Samuel Landry a séduit les membres du jury du FICFA, qui se sont surtout dits conquis par le message d’espoir et d’ouverture véhiculé par la création de Xavier Gould.

Présenté par le programme Aide au cinéma indépendant du Canada (ACIC) et l'Office national du film (ONF), ce prix s’accompagne d’une récompense pouvant permettre de finaliser un projet de film ou d’utiliser les services techniques de l’ONF.

La Québécoise Annie St-Pierre a été primée dans la catégorie du meilleur court métrage canadien pour Les grandes claques, que les membres du jury ont salué comme une proposition bien ficelée, complexe, aux malaises et aux non-dits pleins de saveurs comme un souper de Noël qui risque à tout moment de déraper.

Enfin, Zo Reken, un film du Québécois Emanuel Licha qui se déroule à Haïti, a été voté meilleur moyen ou long métrage documentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !