•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination des 5-11 ans : la Dre Maryse Guay répond aux questions

Une petite fille grimace alors qu'elle reçoit un vaccin, assise sur sa mère. Elle tient une peluche dans ses mains.

Les effets secondaires sont faibles, soutient la médecin.

Photo : Getty Images / SDI Productions

Radio-Canada

Un vaccin sécuritaire, qui démontre peu d'effets secondaires : la Dre Maryse Guay, médecin spécialiste en santé publique et membre du Comité sur l'immunisation du Québec se fait rassurante quant à l'arrivée imminente de la vaccination contre la COVID-19 chez les 5 à 11 ans.

Plusieurs parents s'inquiètent des risques potentiels auxquels s'exposent leurs enfants, s'ils se font vacciner.

La médecin précise que les données des essais cliniques démontrent qu'ils sont sécuritaires, même s'il y a réactions attendues après la vaccination comme des douleurs au site d'injection. Quelques enfants peuvent aussi avoir de la fièvre ou se sentir courbaturés, un jour ou deux. Ces réactions sont fréquentes, et peuvent survenir à la suite de n'importe quel vaccin.

Un des effets secondaires plus inquiétants concerne le risque de péricardite ou de myocardite, soit une inflammation du coeur. La Dre Maryse Guay soutient que 2,5 millions d'enfants ont été vaccinés aux États-Unis, et qu'il n'y a pas de signes d'alerte de ce côté-là. Ce sont surtout chez les plus âgés [que l'effet secondaire a été reporté].

On sait que la dose qui va être administrée, c'est 10 microgrammes, soit le tiers de la dose donnée aux 12 ans et plus. On peut penser que cela va éviter, ou amoindrir ce risque.

« On n'a pas de raisons de croire qu'il peut y avoir des effets secondaires ou inattendus à long terme. Et toutes nos connaissances en vaccinologie ne nous laissent pas croire qu'il pourrait y avoir d'effets à long terme. »

— Une citation de  Dre Maryse Guay, médecin spécialiste en santé publique et membre du Comité sur l'immunisation du Québec

Un bénéfice individuel, mais surtout social

La plupart des enfants qui ont contracté la COVID-19 ont ressenti peu ou pas de symptômes. Plusieurs parents se demandent donc quel est le bénéfice de vacciner un enfant si le risque est très faible.

Il y a tout de même une proportion rare, mais non négligeable d'enfants qui pourraient avoir une COVID longue, rappelle la Dre Maryse Guay. Certains enfants vont aussi bien récupérer de leur COVID au départ, et puis après quelques semaines, ils vont présenter une réaction du système immunitaire exagérée qui va les mener aux soins intensifs.

Par ailleurs, elles soulignent que les enfants sont à risque de transmettre la maladie, dont les parents et les grands-parents. Un enfant vacciné ne devrait ainsi pas transmettre la maladie.

« On vaccine les enfants pour un certain bénéfice individuel, mais aussi pour un bénéfice pour la société, pour diminuer la transmission. Et cela pourrait avoir un impact non négligeable sur la pandémie.  »

— Une citation de  Dre Maryse Guay, médecin spécialiste en santé publique et membre du Comité sur l'immunisation du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !