•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle espèce de dinosaure sans dents découverte au Brésil

Illustraion d'un Berthasaura leopoldinae dans son milieu naturel.

Le Berthasaura leopoldinae est le premier théropode sans dents connu.

Photo : Museu Nacional/Universidade Federal do Rio de Janeiro

Agence France-Presse

Le Musée national de Rio de Janeiro a annoncé jeudi la découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure « très rare », un théropode sans dents qui vivait dans le sud du Brésil il y a 70 à 80 millions d'années.

Baptisé Berthasaura leopoldinae, ce petit dinosaure d'environ 1 mètre de long et 80 centimètres de haut a été identifié à partir d'un ensemble de fossiles trouvés lors de fouilles dans l'État du Parana, entre 2011 et 2014.

Les théropodes sont des dinosaures bipèdes, généralement carnivores ou omnivores, et habituellement munis de dents.

Mais celui-ci avait un bec, et pas de dents, contrairement à toutes les autres espèces découvertes au Brésil jusqu'à présent, a précisé le musée dans un communiqué.

L'étude, réalisée conjointement avec le Centre paléontologique de Contestado, dans l'État de Santa Catarina (sud), a été publiée jeudi dans la revue scientifique Nature.

Le paléontologue Alexander Kellner, directeur du Musée national, a souligné que les fossiles étaient particulièrement bien conservés.

Nous avons des restes de crâne, de mâchoire, de colonne vertébrale, des ceintures pelviennes et pectorales, et des membres antérieurs et postérieurs, ce qui fait de Bertha un des dinosaures issus de la période du Crétacé les plus complets jamais découverts au Brésil, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

Selon les paléontologues, le fait que cette espèce n'ait pas de dents est une vraie surprise qui soulève de nombreuses questions sur son alimentation.

Peut-être qu'il se nourrissait différemment des autres dinosaures théropodes, mais ce n'est pas parce qu'il n'avait pas de dents qu'il ne pouvait pas manger de la viande, a déclaré Geovane Alves de Souza, un des auteurs de l'étude.

Le nom Berthasaura leopoldinae a été choisi en hommage à Bertha Luz, scientifique brésilienne chercheuse au Musée national, et à l'impératrice Maria Leopoldina, épouse de l'empereur Pedro 1er du Brésil et mécène d'études sur les sciences naturelles.

Le Musée national, plus grand musée d'histoire naturelle d'Amérique latine, a été détruit par un terrible incendie en septembre 2018, et des collections inestimables sont parties en fumée, notamment des trésors de paléontologie.

Les travaux de reconstruction ont débuté la semaine dernière et devraient être achevés en 2026.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !