•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspé Énergies toujours dans la course aux hydrocarbures

Forages à Gaspé

Gaspé Énergies souhaite toujours reprendre les forages sur le gisement Galt à Gaspé.

Photo : Radio-Canada

La compagnie estime que si le gouvernement maintient son refus d'accorder un permis de forage au puits Galt no 6, ce dernier devra lui offrir une compensation, comme prévu dans toute situation d'expropriation.

Le président de Ressource Utica, Mario Lévesque, maintient que sa filiale, Gaspé Énergies, a toujours l'intention de développer les hydrocarbures au Québec.

La compagnie attendra donc la décision du ministre des Ressources naturelles qui devra revoir son refus d’autoriser le forage au puits Galt no 6 comme le lui a ordonné le juge Christian Boutin de la Cour du Québec dans un jugement rendu public en début de semaine.

Après avoir analysé la décision du tribunal, Mario Lévesque estime que la balle est maintenant dans le camp du gouvernement. On va attendre leur décision, dit-il.

De passage en Gaspésie, le ministre Julien a effectivement convenu qu’il avait refusé de délivrer le permis demandé sur la base de l’article 23 sur la protection des milieux hydriques.

Je ne peux plus m’y référer pour prendre une décision , conclut le ministre. Interrogé sur ses intentions, le ministre refuse d’indiquer s’il analysera à nouveau la demande de Gaspé Énergies ou si le gouvernement en appellera de la décision.

Le jugement est toujours en analyse, a répondu Jonatan Julien.

Fin des hydrocarbures

Le ministre des Ressources naturelles estime que la décision du gouvernement de renoncer à l’exploitation des hydrocarbures sur le territoire québécois doit être considérée distinctement du jugement.

Pour Mario Lévesque, Québec doit informer les membres de l'industrie, et adopter un règlement clair quant à ses intentions. Je suis un entrepreneur, je ne peux pas arrêter tout comme ça, sans savoir. S’ils nous donnent les permis, on va être heureux de le faire [le forage]. Ça va créer de bons emplois et on va payer nos taxes au Québec.

Pour l’instant, ajoute-t-il, il n’y a eu presque aucune communication avec Québec. Depuis que j'ai fondé Ressources Utica, on a eu une conversation avec le gouvernement, c'était avec le ministre de l'Économie, mais il y a personne d'autre du politique qui nous a parlé depuis quatre ans.

Mario Lévesque admet que sa compagnie est inquiète. Au Québec, il y a une loi sur les expropriations qui est bien définie et on s’attend à ce que le gouvernement agisse dans cette direction.

La loi sera déposée au cours des prochains mois et va inclure des dispositions pour les entreprises qui œuvrent dans le secteur, promet Jonatan Julien.

Oui à des indemnités

La porte est ouverte à des compensations, selon le ministre Julien. Québec analyserait divers scénarios. Si on change le corpus légal et on vient interdire des activités qui étaient auparavant admises, on doit trouver un moyen de compenser, mais sur la bonne base. Sur des frais qui ont été engagés, sur des licences qui ont été payées, je pense que c'est équitable de le faire.

Mario Lévesque rappelle que Ressources Utica est une entreprise énergétique qui n’est pas une entreprise cotée en bourse : Notre intention est vraiment de développer des hydrocarbures au Québec .

Le site Galt est situé en territoire non organisé dans la MRC Côte-de-Gaspé.

Selon Mario Lévesque, l'exploitation du gisement Galt pourrait produire un millier de barils de pétrole par jour.

Photo : Radio-Canada

L’homme d’affaires souligne que plusieurs travaux ont été effectués depuis que Ressources Utica a acquis la propriété. Un acheteur, une entreprise de Pennsylvanie, souhaitait acheter le pétrole gaspésien en raison de sa forte teneur en paraffine, affirme M. Lévesque.

Le président de l'entreprise avance que la production de pétrole gaspésien pourrait s’élever à 1000 barils par jour.

Ressources Utica fait aussi valoir qu’elle a aussi des projets d’énergie verte et que l’hydrogène est de plus en plus une source d’intérêt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !