•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Biden « envisage » un boycottage diplomatique des JO de Pékin

Joe Biden portant un masque.

Joe Biden quittant la Maison-Blanche.

Photo : Reuters / JOSHUA ROBERTS

Agence France-Presse

Le président des États-Unis, Joe Biden, a déclaré jeudi « envisager » un boycottage diplomatique des Jeux olympiques d'hiver prévus en février à Pékin, pour protester contre les violations des droits de la personne en Chine.

C'est quelque chose que nous envisageons, a-t-il dit à des journalistes au sujet de cette option qui consisterait à ne pas envoyer de responsables gouvernementaux pour représenter Washington lors des compétitions, tout en laissant les athlètes américains y participer.

Cette piste devrait susciter l'ire de la Chine, qui a vivement réagi par le passé à l'évocation de toute forme de boycottage.

Elle pourrait donc entraîner un nouvel accès de tensions diplomatiques entre les deux superpuissances, quelques jours seulement après le sommet virtuel entre le président Biden et son homologue chinois Xi Jinping censé établir des garde-fous pour éviter que leurs nombreux différends ne dégénèrent en conflit.

Depuis des mois, le gouvernement américain recherche la meilleure façon de se positionner à l'égard de cet événement populaire et planétaire organisé par un pays qu'il accuse de perpétrer « un génocide » contre les musulmans ouïgours du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

Plusieurs organisations de défense des droits de la personne accusent Pékin d'avoir interné au Xinjiang au moins un million de musulmans dans des camps de rééducation.

Les autorités chinoises dénoncent systématiquement l'ingérence des Occidentaux qui condamnent cette situation, assurant qu'il s'agit de centres de formation professionnelle pour soutenir l'emploi et combattre l'extrémisme religieux.

Jusqu'ici, interrogée sur sa décision, l'administration Biden bottait en touche, affirmant qu'elle voulait se coordonner avec les alliés des États-Unis en vue d'une approche commune.

Mais l'échéance arrive : les sports d'hiver ont rendez-vous du 4 au 20 février dans la capitale chinoise.

Le Washington Post a rapporté mardi que le président démocrate devrait approuver d'ici la fin de novembre l'option du boycottage diplomatique qui lui a été formellement recommandée par ses conseillers.

Une voie médiane

L'article du quotidien américain a aussitôt suscité des réactions positives des nombreux élus de tous bords qui plaidaient pour une telle solution, mais aussi les protestations de ceux qui voudraient aller plus loin.

Ces derniers mois, les résolutions et propositions de loi se sont multipliées au Congrès des États-Unis, certaines visant à punir les sociétés qui acceptent de commanditer les JO de Pékin, d'autres appelant le Comité international olympique à déplacer la compétition dans un autre pays.

Le boycottage diplomatique avait été proposé dès le mois de mai par la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Nancy Pelosi parle dans un micro devant un lutrin. Derrière elle sont accrochés des drapeaux à l'effigie des États-Unis et de la Chambre des représentants.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi

Photo : Getty Images / Alex Wong

Plusieurs élus l'avaient soutenu, certains, comme le sénateur républicain Mitt Romney, ayant même introduit des amendements législatifs pour l'imposer.

J'ai bon espoir de voir le gouvernement adresser un message fort au Parti communiste chinois sans punir les athlètes américains, avait dit ce dernier mardi.

Certains sénateurs ont dit croire ces derniers jours que la Maison-Blanche tranchera dans ce sens avant que le Congrès n'ait à légiférer.

Toutefois, plusieurs faucons républicains exhortent Joe Biden à annoncer un boycottage total par les responsables, mais aussi les athlètes.

La menace qui pèse sur nos athlètes et les crimes contre l'humanité commis par la Chine ne nous laissent pas d'autre choix, a encore martelé jeudi le sénateur Tom Cotton lors d'une conférence de presse à ce sujet.

Comment peut-on agiter le drapeau américain à Pékin et ainsi fermer les yeux sur tous ces abus, s'est aussi demandé le député Mike Waltz.

Il a par ailleurs dénoncé l'absence de réaction ferme du Comité international olympique sur le sort de la championne de tennis chinoise Peng Shuai, qui a accusé au début de novembre un ex-haut responsable du régime de l'avoir contrainte à un rapport sexuel, et dont la disparition suscite l'émoi.

Le Comité olympique américain s'oppose de son côté à un boycottage total, car les Jeux sont importants après des mois de pandémie, explique-t-il.

Il a jugé par le passé que le boycottage des Jeux de Moscou en 1980, par les États-Unis et une soixantaine d'autres pays, et de ceux de Los Angeles en 1984, par l'Union soviétique et ses alliés, avait montré qu'utiliser ces événements comme un outil politique était une erreur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !