•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en C.-B. : ruée dans les supermarchés et les stations-service

Des étagères vides dans une épicerie.

Les étagères de la section des viandes, dans un Walmart à Burnaby, sont vides.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Philippe Bibeau

Les Britanno-Colombiens qui ressentent déjà ou craignent l’impact à venir des inondations et des fermetures de routes sur l’approvisionnement de denrées et de carburant ont pris d’assaut des supermarchés et les stations d’essence à plusieurs endroits dans la province.

Île de Vancouver

Sur l’île de Vancouver, les produits périssables comme la viande, le lait et les œufs sont très difficiles à trouver, affirme Marie-Pascale Addison, résidente de Parksville et directrice de l'École des Grands Cèdres, à Port-Alberni.

Je crois que c'est de la panique, quand les gens ont entendu qu'il y avait des routes fermées, raconte Mme Addison. Quand on va jusqu'à Tofino, on est vraiment complètement isolé et je sais que, pendant la pandémie, on a beaucoup souffert du manque d'approvisionnement. C'est un peu ce qu'on est en train de vivre ici après le dernier accident.

Une file d'attente près d'une station d'essence.

Sur l'île de Vancouver, les inondations ont endommagé la route Malahat, qui relie le Grand Victoria à la vallée de Cowichan, ce qui a poussé certains automobilistes à faire le plein d'essence.

Photo : Ken Mizokoshi/CBC

« J'ai du mal à dormir parce qu’on a chez nous un pensionnaire qui mange beaucoup et je me suis dit : il faut quand même trouver de la nourriture! Quand on est adulte, quand on est bien, quand on a vécu des crises, on peut être moins stressé, mais ça doit être terriblement stressant pour toutes les familles de l'école qui doivent maintenant être en panique pour s'assurer qu'il y a assez de nourriture pour leurs enfants. Et c'est ça qui m'inquiète. »

— Une citation de  Marie-Pascale Addison, directrice, École des Grands cèdres, Port Alberni

Chilliwack et Abbotsford

Même situation à Chilliwack et à Abbotsford ou l’inondation de la zone de Prairie Sumas a entraîné l’évacuation d’environ 300 résidents.

Nancy Castonguay habite à Abbotsford, dans un secteur qui n’a pas été inondé. Il n’y avait pas grand-chose [à l’épicerie], qui restait, comme les denrées de base, la viande, presque zéro, juste du bacon et des steaks à 45 $.

Une rangée de réfrigérateurs avec des portes en verre aux étagères presque complètement vides.

Des étagères vides dans une épicerie de Kelowna, en Colombie-Britannique.

Photo : @ErinDavies/Twitter

Un porte-parole du détaillant alimentaire Sobeys, qui possède 1500 supermarchés d’un bout à l’autre du Canada, explique qu’en ce moment toutes les livraisons entre la région de Vancouver et le reste du pays sont suspendues en raison des fermetures de routes en Colombie-Britannique.

Nous travaillons de pair avec nos fournisseurs pour assurer l’approvisionnement de produits dans nos supermarchés Safeway, Thrifty Foods et FreshCo, et nous explorons toutes les possibilités pour que ces produits se retrouvent dans nos commerces le plus tôt possible, précise le porte-parole, Paul Wyke. Notre compagnie continue de surveillerla situation des routes et les mises à jour de la province sur le transport des marchandises et nous remercions nos clients de leur patience.

« Nous demandons à nos clients de maintenir leurs habitudes d’achats [et de ne pas emmagasiner beaucoup de produits], ce qui aidera à assurer la disponibilité des produits essentiels pour tous. »

— Une citation de  Paul Wyke, porte-parole, Sobeys
Les étagères vides de la section boulangerie d'une épicerie de Kelowna.

Des étagères vides dans une épicerie de Kelowna, en Colombie-Britannique.

Photo : @ErinDavies/Twitter

Mercredi, le premier ministre, John Horgan, a également demandé aux Britanno-Colombiens de ne pas acheter de produits de façon compulsive.Ce dont vous avez besoin, vos voisins en ont besoin également, a-t-il rappelé.

Nous devons nous assurer que tout le monde a accès à de la nourriture, à de l’eau et à des biens essentiels, a dit le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique, Mike Farnworth.

Isolés

De nombreuses initiatives ont été mises en place, pour aider les résidents et les évacués qui sont hébergés à Hope à la suite des inondations et des glissements de terrain.

Des personnes dans un entrepôt avec deux hélicoptères et des boîtes de denrées non périssables.

Des agents immobiliers organisent des livraisons par hélicoptère de denrées non périssables pour les résidents et les évacués à Hope.

Photo : Facebook: Jason Wood

L’une d’elles, lancée par un groupe d’agents immobiliers de la région de Vancouver, consiste à transporter des provisions de Vancouver à un aéroport de Pitt Meadows, d'où elles sont ensuite héliportées à Hope.

Nous sommes en contact avec le Service des incendies de Hope, qui nous dit d’heure en heure ce dont il a besoin , explique Phil Moore, un agent immobilier qui participe à l'initiative.

« Nous avons livré des barres de protéine, du désinfectant, des couches, soit 14 voyages jusqu’à maintenant et plus de 5 tonnes de produits. Les compagnies d’hélicoptère ont même accepté d’effectuer ces voyages gratuitement. »

— Une citation de  Phil Moore, agent immobilier

Une vingtaine de centres de refuge sont ouverts dans l’intérieur de la province, notamment à Hope, à Kamloops et à Kelowna. À Hope, il y a plus de 900 personnes qui ont trouvé refuge à l'école secondaire et dans une église.

Surplus alimentaires

Alors que les étagères de plusieurs supermarchés sont presque vides, ailleurs, des producteurs se retrouvent avec des surplus de produits frais parce qu’il n’est pas possible de les transporter vers leurs destinations habituelles.

Une compagnie qui travaille à éliminer et à réduire le gaspillage alimentaire va aider ces producteurs à distribuer leurs produits localement.

Il y a une abondance de produits périssables à distribuer rapidement en raison des inondations , affirme une personne de cette compagnie, Peko produce, qui se spécialise dans la redistribution de fruits et légumes imparfaits, parfois de couleur ou de forme différente ou légèrement abîmés.

Des gens mettent des fruits et légumes dans des boîtes.

La compagnie Peko produce achète les surplus de fruits et légumes et les redistribuent à bas coût dans le but de limiter le gaspillage alimentaire.

Photo : Peko produce

La compagnie a expliqué la situation sur les médias sociaux en demandant aux résidents de la région de Vancouver de faire d'une pierre trois coups : aider à réduire le gaspillage alimentaire, aider les producteurs à vendre leurs produits et obtenir des produits périssables alors que les étagères des épiceries sont quasiment vides.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !