•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Denis Tardif demeure en convalescence pour le moment

Denis Tardif lors d'une conférence de presse.

Le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Il faudra encore patienter avant de revoir le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif. Son bureau confirme qu'il n'a toujours pas reçu le feu vert du médecin pour reprendre ses fonctions.

Par contre, nous voyons qu'il va mieux. Les contacts sont plus fréquents entre le député et le bureau, affirme l'attaché politique de M. Tardif, Nicolas Lessard-Dupont.

Denis Tardif a suspendu ses activités le 30 août dernier pour des raisons de santé.

En mars, le député avait également dû prendre une pause, cette fois pour des problèmes cardiaques.

Le préfet de la Municipalité régionale de comté de Rivière-du-Loup et président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), Michel Lagacé, se dit solidaire du député en ces temps troubles.

Tout le monde comprend que la maladie, c'est pas un choix. Quand on la subit, on vit avec, souligne M. Lagacé.

« Les gens comprennent que le député a le droit d'être malade, a le droit de prendre du temps pour s'en remettre. »

— Une citation de  Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup

On comprend aussi que le député, ce n'est pas lui qui va faire l'analyse de l'ensemble des dossiers. C'est les organismes subventionnaires, ajoute M. Lagacé, qui insiste pour dire que le traitement des dossiers prioritaires se poursuivent.

Nous avons une excellente collaboration avec l'équipe du bureau de M. Tardif ainsi qu'avec la ministre responsable de la région, Caroline Proulx, conclut le préfet.

Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé

Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé (archives)

Photo : Radio-Canada

Évidemment qu'on est préoccupés

De son côté, le préfet de la Municipalité régionale de comté des Basques, Bertin Denis, admet qu'il est préoccupé. Pas pour nous, nécessairement, je dirais pour Denis [Tardif] lui-même, précise-t-il.

« C'est sûr qu'en tant que préfet et en tant que citoyen, ça me déçoit. C'est notre député, c'est notre visage, nos yeux et nos oreilles à l'Assemblée nationale. »

— Une citation de  Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques

En revanche, le préfet s'empresse d'ajouter qu'il salue la décision de M. Tardif. Moi, ce que je souhaite plus que tout, c'est que Denis [Tardif] nous revienne en santé. C'est ce qui compte.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

À l'instar de Michel Lagacé, Bertin Denis n'a absolument aucun reproche à faire au député, à son équipe ou au gouvernement. À l'usage, et ça fait un bout de temps qu'il n'est pas là, on se rend compte que son équipe est extrêmement disponible.

Heureusement, on peut compter sur la présence de la ministre responsable [Caroline Proulx]. Jusqu'à maintenant, dès qu'on a besoin d'une réponse rapide, on l'a, tranche M. Denis.

Par ailleurs, le bureau du député affirme que l'ensemble des municipalités de la circonscription ont reçu un appel dudit bureau à la suite des élections municipales, dans le but de prendre connaissance des principaux dossiers en cours pour chacune d'entre elles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !