•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un travailleur poignardé après un affrontement concernant le port du masque

Une affiche dans un commerce annonce que le port du masque est obligatoire.

Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics intérieurs au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Le propriétaire d’un magasin de bière affirme que l’un de ses employés a reçu quatre coups de couteau après avoir demandé à un client de porter un masque.

Le propriétaire du Northern Hotel, Keith Horn, indique que l’employé a demandé à une femme de porter le masque vers 1 h mardi, ce qu’elle a refusé.

Un homme qui portait un masque s’est fâché contre l’employé et ils ont échangé quelques mots, selon M. Horn. La femme est partie. L’homme s’est excusé auprès de l’employé, a acheté quelques articles et est parti.

Il est cependant revenu et a poignardé l’employé à quatre reprises à travers une ouverture dans une barrière de plexiglas au comptoir.

L'employé a subi des blessures aux mains et à la poitrine et a été hospitalisé. Il a depuis obtenu son congé de l'hôpital et est de retour au travail, selon Keith Horn.

Keith Horn affirme que ses employés doivent composer avec des clients fâchés qui ne veulent pas respecter les règlements sanitaires tous les jours, pendant toute la journée.

Nous disons probablement plus de 100 fois par jour aux gens de mettre un masque, de remonter leur masque ou d’aller dehors, lance le propriétaire de l’établissement. Cela devrait être une seconde nature maintenant, mais nous le disons encore au monde tous les jours.

L’attaque à l’arme blanche est cependant le pire incident qu'il a observé.

Je veux dire, une personne est réellement prête à sortir un couteau et à poignarder quelqu’un parce qu'il lui a demandé de porter un masque? Je dirais que c’est le pire, dit Keith Horn.

Dans un communiqué, le Service de police de Winnipeg indique que l’Unité des crimes majeurs mène l’enquête.

Avec les informations de Marina von Stackelberg

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !