•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : la C.-B. veut limiter les déplacements et encadrer l’achat de biens

De nombreuses voitures qui font la file pour faire le plein à une station d'essence.

Des habitants de l'île de Vancouver se ruent dans les stations-service en espérant faire le plein.

Photo : Ken Mizokoshi/CBC

La Colombie-Britannique compte utiliser les pouvoirs que lui accorde l’état d’urgence, promulgué mercredi, pour interdire les déplacements non essentiels, limiter la quantité d’un bien pouvant être acheté en une fois, et ce afin de limiter les achats de précaution, et plafonner le prix des biens au cours des prochains jours.

C'est ce qu'a annoncé le ministre provincial de la Sécurité publique, Mike Farnworth, jeudi après-midi.

De telles mesures d’urgence ont été mises en place au pire de la pandémie de COVID-19, rappelle le ministre Mike Farnworth. Cette fois, les restrictions viseraient les zones desservies par les routes accidentées. La priorité serait accordée au transport commercial et aux déplacements essentiels, précise-t-il.

Le transport de marchandises et les chaînes d'approvisionnement sont gravement touchés par la destruction de routes dans le sud de la province.

Dans certains endroits de la Colombie-Britannique, des gens ont pris d’assaut des supermarchés et des stations d’essence pour faire des provisions.

Une affiche sur une pompe indiquant qu'il ne reste plus d'essence.

Certaines pompes à essence sont à sec sur l'île de Vancouver.

Photo : Ken Mizokoshi/CBC

Réouverture prometteuse de certaines routes

Jeudi, la route 7, qui relie le Grand Vancouver à Hope, a été rouverte sur une voie en alternance. C’est une bonne nouvelle, dit le ministre des Transports, Rob Fleming. « Il s’agit d’une liaison clé entre le Grand Vancouver et le reste de la province. »

Jeudi après-midi, cela a permis à environ 1000 personnes qui étaient coincées à Hope de retrouver leur résidence du Grand Vancouver, a annoncé Mike Farnworth.

Depuis mardi, quelque 1100 personnes étaient coincées à Hope, située à 150 km à l'est de Vancouver. Pas moins de 900 d’entre elles s’étaient réfugiées dans une école secondaire et une église.

Plus de 600 évacuations à Abbotsford

Le débordement de la rivière Nooksack, située de l’autre côté de la frontière avec les États-Unis, se poursuit et inonde les champs de Sumas Prairie. La station de pompage qui vide la plaine inondable fonctionne à plein régime et risque de cesser de fonctionner à tout moment.

Un camion est submergé à Abbotsford, en C.-B.

Inondations en Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Nous ne drainons pas suffisamment d’eau de la rivière Nooksack par rapport à ce qui entre dans la plaine, explique le maire d'Abbotsford, Henry Braun, ajoutant qu’une discussion avec le gouverneur de l'État voisin de Washington est prévue jeudi.

Près de 600 personnes ont évacué leur résidence, mais une centaine de personnes, des fermiers notamment, n’ont toujours pas quitté les lieux, ce qui met leur vie et celles des premiers répondants en danger, déplore le chef de police d’Abbotsford, Mike Serr. S’il vous plaît, évacuez la région , lance-t-il à leur intention.

Il implore ceux qui sont toujours présents dans la zone visée par un ordre d'évacuation de contacter les autorités. Nous ne sommes pas en mesure de frapper à chaque porte. Il s’agit d’un très vaste territoire.

Plus au nord, les 7000 résidents de Merritt sont toujours évacués de la ville inondée, et ont trouvé refuge à Kelowna et à Kamloops.

Des semi-remorques et des débris en bordure d'une route.

Des véhicules abandonnés et des débris sur la route 1 après l'inondation à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le mercredi 17 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Nouvelles prévisions de pluie inquiétantes

Le maire d’Abbotsford, Henry Braun, est inquiet parce que 80 mm de pluie sont attendus au début de la semaine prochaine.

Il dit être en contact avec le premier ministre de la province, John Horgan, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et de nombreux représentants du gouvernement. « Ils m’ont assuré qu’ils nous appuient à 100 % et qu’ils fourniraient tout ce dont nous avons besoin. Je les prends au mot. » 

La facture sera élevée, estime-t-il. Elle atteindra des centaines de millions, peut-être plus. Nous avons beaucoup de travail à faire.

Ottawa a annoncé le déploiement des forces armées en Colombie-Britannique, mais le maire n’a pas encore de détails à cet effet.

Des plaines et une autoroute inondées.

L'eau inonde complètement l'autoroute 1 qui passe à Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Quatre personnes portées disparues

Au nord-ouest de la vallée du Fraser, la Gendarmerie royale du Canada confirme que quatre personnes sont portées disparues après les glissements de terrain survenus lundi soir près de Lillooet, qui a déjà fait une victime.

Le premier ministre John Horgan a affirmé mercredi que d’autres morts étaient malheureusement à prévoir.

Les recherches pour retrouver des survivants se poursuivent.

En tout, 17 775 personnes ont dû évacuer leur logement en raison des inondations en Colombie-Britannique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !