•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Mauricie pourrait accueillir le Championnat mondial de hockey féminin, croit Luc Tardif

Un homme portant un veston et une cravate sourit.

Le Trifluvien Luc Tardif est le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, l'IIHF.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Trois-Rivières et Shawinigan pourraient déposer une candidature ensemble pour l'organisation du Championnat mondial de hockey sur glace féminin dans les prochaines années, si la volonté y est. C’est ce qu’a affirmé le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), le Trifluvien Luc Tardif, en entrevue à l’émission matinale Toujours le matin.

De passage à Trois-Rivières mercredi, Luc Tardif a rencontré le maire Jean Lamarche. Il a notamment été question de l’organisation d’une telle compétition internationale en Mauricie.

Avec Shawinigan, c’est une candidature qui est tout à fait possible, a lancé Luc Tardif. Bien entendu, ça dépend aussi de Hockey Canada. Ils ont aussi l’organisation des championnats du monde à tous les deux ans. Je pense qu’une candidature pourrait avoir un sens. Même si la décision revient à Hockey Canada, je mettrais du poids dans la balance pour aider cette candidature.

Selon le nouveau grand patron du hockey international, une fenêtre de tir approche pour que la Mauricie puisse déposer sa candidature. Cela pourrait se faire dans les deux ou trois prochaines années, a-t-il précisé.

J’ai toujours des bonnes relations avec Hockey Canada donc je peux servir un peu d’intermédiaire, mais la volonté d’organiser viendra de la Mauricie, a ajouté le Trifluvien.

Un cahier des charges bien défini

Luc Tardif a profité de son passage dans la cité de Laviolette pour assister à un match des Lions en soirée au Colisée Vidéotron, et par le fait même visiter les nouvelles installations, un geste pas anodin.

C’est une très belle patinoire qui est bien conçue, a-t-il dit au micro de Marie-Claude Julien.

M. Tardif a déjà eu l’occasion de faire un tour des installations de Shawinigan par le passé, mais son agenda ne lui a pas permis d’y retourner mercredi et de discuter avec le maire Michel Angers pour mesurer son intérêt à accueillir un tel événement.

Le nouveau Colisée vu depuis un couloir qui mène à la patinoire.

Luc Tardif a profité de son passage à Trois-Rivières pour assister à un match des Lions au Colisée Vidéotron, et par le fait même visiter les nouvelles installations. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Plusieurs éléments doivent être pris en compte avant de déposer une candidature, a rappelé Luc Tardif, dont la prise de connaissance des protocoles, du cahier des charges bien défini et des installations d’hébergement.

La programmation doit aussi être anticipée pour que les infrastructures sportives soient disponibles et n’entrent pas en conflit avec l’horaire des Lions de Trois-Rivières et des Cataractes de Shawinigan.

Rappelons que la candidature de Trois-Rivières pour accueillir un match de hockey féminin entre le Canada et les États-Unis n’a pas été retenue le mois dernier par Hockey Canada. L’organisation invoquait une trop grande complexité logistique et a plutôt choisi les villes de Kingston et d’Ottawa.

Un intérêt, mais pas d’échéancier

Le maire de Trois-Rivières n’a pas caché son intérêt pour accueillir le Championnat mondial de hockey féminin.

Lorsqu’on parle d’événements comme celui-là, ce sont des événements qui ont un impact majeur sur l’attractivité de notre ville, c’est un événement qui a un impact majeur aussi sur des retombées économiques entre autres, a lancé Jean Lamarche.

Une femme et trois hommes posent pour une photo officielle.

Le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, Luc Tardif, a été reçu à l'Hôtel de Ville de Trois-Rivières par le maire Jean Lamarche.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Selon lui, la Mauricie a toutes les chances de son côté.

On a toujours dit que d’avoir deux infrastructures sportives de ce calibre-là à moins de 40 kilomètres de distance, c’est une force au Canada, parce qu’il y en a peu qui peuvent se targuer d’avoir ça dans la même région, a-t-il poursuivi. Si la porte ne serait-ce que s’entrouvre, on va mettre le pied dedans. Je n’ai pas parlé à Michel [Angers] de ce cas spécifique-là, mais le connaissant, je sais qu’il est avec moi sans problème.

« Le poids [de Luc Tardif] se résume à deux très très courtes phrases. Lui dit : "J’ai vu. J’y crois." C’est tout! Avec ça nous on peut faire un bon bout de chemin. »

— Une citation de  Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche

Il est cependant beaucoup trop tôt pour établir un échéancier pour l’organisation de ce tournoi, a-t-il ajouté.

Rappelons que Trois-Rivières souhaite accueillir les Jeux du Québec en 2025 et les Jeux du Canada, avec Shawinigan, au mieux en 2029.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !