•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en C.-B. : des retards à prévoir dans le transport de marchandises

Des semi-remorques et des débris sur la route en bordure.

Des véhicules abandonnés et des débris sur la route 1 après l'inondation à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le mercredi 17 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Radio-Canada

Les inondations et les glissements de terrain en Colombie-Britannique ont d’importantes conséquences sur les chaînes d’approvisionnement en Alberta et dans le reste du Canada.

Toutes les routes qui permettent normalement de traverser la frontière entre la Colombie-Britannique et l’Alberta sont fermées ou touchées par les inondations et les glissements de terrain. Selon les experts, tout cela aura un impact important sur le transport des marchandises.

Cela va vraiment dépendre de la durée, du temps que cela prendra pour tout remettre en état. C’est un événement majeur qui se passe en Colombie-Britannique, explique Kent Fellows, professeur associé en économie à l’Université de Calgary.

Il y a des interruptions dans le transport par route et autoroute, et pour le transport par train, qui est très important pour le secteur commercial. Même le pipeline Trans Mountain a été fermé par mesure de précaution.

Si tout cela dure pendant un long moment, et il semble que ce sera le cas, il y aura des pressions sur les chaînes d’approvisionnement au niveau provincial, mais aussi fédéral, estime l’expert.

Ces problèmes s’ajouteront à ceux qu'a déjà causés la pandémie.

Pour les consommateurs albertains, cela va toucher tous les produits importés qui viennent du Pacifique, comme de Chine, de Taiwan, ou du Japon comme les produits électroniques, explique-t-il.

Aussi, tout ce que nous importons de la côte ouest des États-Unis, de la Californie, comme les fruits et les légumes, ce sont vraiment des produits très variés.

La différence avec les problèmes que l’on vit avec la pandémie, ce n'est pas le fait que les produits arrivent lentement, c'est le fait qu'ils n’arrivent pas du tout. Donc, une fois que les marchandises en stock seront écoulées, il pourrait y avoir des étagères vides, indique Kent Fellows.

Il y aura probablement des ajustements du marché, et on pourrait faire venir une partie des denrées des États-Unis par camion.

Si la situation se prolonge, certains produits chers et légers pourraient aussi être transportés par avion, selon Kent Fellows.

L’impact devrait aussi se faire ressentir sur les exportations de pétrole albertain, notamment à cause de la fermeture du pipeline Trans Mountain. Selon Kent Fellows, l’acheminement en gaz pourrait aussi être touché.

La vaste majorité de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, se chauffe avec du gaz venant de raffineries albertaines ou à l’aide du bitume qui est envoyé dans les raffineries en Colombie-Britannique. Actuellement, il n’y a aucun moyen de le transporter, dit-il.

Une solution, dans le passé, a été d’envoyer une partie du bitume par train à un coût plus élevé, mais actuellement, rien ne traverse la frontière.

Bannière pour dossier montrant des gens secourus dans une chaloupe.

Le premier ministre Jason Kenney dit qu’il a pu parler au premier ministre John Horgan deux fois, au cours des derniers jours, et qu’une autre discussion doit avoir lieu mercredi.

L’Alberta a offert de l’aide à la Colombie-Britannique.

Beaucoup d’Albertains ont des liens avec la Colombie-Britannique, y ont de la famille ou des amis, alors nous sommes préoccupés de la situation, a expliqué Jason Kenney.

Cela va toucher l’Alberta d’une manière directe. Le monde gérait déjà des retards dans les chaînes d’approvisionnement, et cela va s’accentuer pour l’Alberta et le reste du Canada avec la destruction de parties de la route Transcanadienne, d’autres routes et de la ligne de chemin de fer du CP. La ligne du CN est aussi touchée à certains endroits, a-t-il ajouté.

Une grande partie des biens qui étaient transportés par camion et par train du port de Vancouver vers l’Alberta va devoir passer par les États de Washington et du Montana, aux États-Unis, et j’ai demandé au premier ministre d'assouplir certaines règles entourant la COVID-19 pour les camionneurs. Il faut faciliter les mouvements au maximum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !