•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développer la relève en humour à Trois-Rivières

Deux humoristes donnent un spectacle sur scène devant des spectateurs qui sont assis.

Le reportage de Raphaëlle Drouin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux humoristes veulent faire revivre la scène humoristique à Trois-Rivières. Devant la rareté des soirées de type « stand-up » en région, Maude Dessureault et Jason Boyd ont lancé la série d’événements « Humour au Nord-Ouest ».

Certains jeudis, le bar du même nom affiche complet, mais les humoristes invités viennent principalement de l’extérieur. Les deux fondateurs espèrent ainsi développer la relève trifluvienne.

Il n’y a pas beaucoup d'humoristes qui restent à Trois-Rivières. Ils s'exilent beaucoup plus à Montréal et Québec, se désole Jason Boyd.

Avec Jason, on a lancé notre soirée stand-up pour faire nous-mêmes plus de scène et aussi offrir une soirée à Trois-Rivières, explique Maude Dessureault, qui se produit également devant public. Elle souhaite faire de Trois-Rivières un lieu prisé de l'humour entre Québec et Montréal.

Des soirées en demande

Le spectacle itinérant Pop-up show a également fait salle comble à son passage à Trois-Rivières.

Les spectateurs ont acheté leurs billets sans savoir qui monterait sur la scène de la salle de spectacle l’Entité. Cela n’a pas refroidi l’engouement des Trifluviens qui se sont déplacés et qui espèrent eux aussi que les soirées d’humour prolifèrent dans la région. 

Il n’y a pas de soirées d’humour à Trois-Rivières. Je pense sincèrement qu'il y aurait quand même une certaine clientèle qui viendrait les voir, a laissé tomber une jeune femme qui assistait au spectacle.

Ça fait de quoi de vivant même la semaine a renchéri un autre spectateur.

L’humoriste originaire de Gentilly, Jo Cormier, estime que ce type de soirées est plus rare qu’auparavant. Pourtant, faire des spectacles hors des grands centres a ses avantages, selon lui. On vient de traverser un an et demi qui a fermé bien des portes. Alors là, ça commence à fleurir.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !