•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sentiers entre vents et marées séduisent de plus en plus de marcheurs

Une personne marche dans un sentier pédestre qui surplombe une plage entourée de falaises.

Les Sentiers entre vents et marées ont été créés par des bénévoles madelinots qui souhaitaient doter l'archipel d'un sentier de longue randonnée semblable aux chemins de Compostelle en Europe (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La popularité des Sentiers entre vents et marées ne cesse de croître depuis leur ouverture en 2017. Tourisme Îles de la Madeleine compte même embaucher un agent pour mieux structurer cette longue randonnée désignée récemment comme un produit de niche du tourisme quatre saisons.

Il y a vraiment un engouement!, lance avec enthousiasme la cofondatrice des Sentiers entre vents et marées (Sentiers entre vents et marées), Carole Longuépée.

Cette année, près de 400 personnes se sont procuré le guide pour sillonner les 232 kilomètres de sentiers qui traversent les îles de la Madeleine. C'est trois fois plus que lors de l'ouverture du circuit en 2017.

Parmi eux, 152 personnes ont reçu un certificat pour avoir complété en totalité ou en bonne partie l'itinéraire des Sentiers entre vents et marées. Elles n’étaient que 32 en 2017.

Mathieu Dupuis Iles de la Madeleine 2019. Tous droits réservés. Une licence de Mathieu Dupuis est requise pour utilisation.

Les Sentiers entre vents et marées s'étendent de Grande-Entrée à Havre-Aubert, en passant par l'île d'Entrée, à travers boisées, buttes, plages et falaises. Ils peuvent être complétés en treize étapes de 10 à 28 kilomètres.

Photo : Mathieu Dupuis/Tourisme Îles de la Madeleine

Les gens se sont aperçus qu’il y avait une autre façon intéressante de découvrir les Îles, estime Carole Longuépée.

La bénévole qui a participé à la mise du pied des sentiers balisés attribue ce succès à l’engouement généralisé pour la longue randonnée au Québec, mais aussi au contexte sanitaire.

« Avec la COVID-19, l’attrait pour les sentiers de longue randonnée au Québec s’est vraiment exacerbé parce que les gens ne peuvent plus aller ailleurs. »

— Une citation de  Carole Longuépée, cofondatrice des Sentiers entre vents et marées

Plusieurs groupes de marche organisés ayant l'habitude des randonnées à l'international se sont ainsi tournés vers l’archipel. Entre la fin août et la mi-octobre, pas moins de cinq groupes rassemblant plus d’une centaine de marcheurs ont foulé les sentiers madelinots.

Ce sont des gens qui allaient marcher à l’extérieur, souvent au Portugal et en Espagne et qui ont décidé de venir aux Îles à cause de la COVID-19, rapporte Carole Longuépée. Ils pensaient venir pour une année seulement, mais finalement lorsque les guides ont vu le parcours, ils ont décidé de garder la destination des Îles l’année prochaine en plus de celles à l’étranger , ajoute-t-elle en précisant que certaines expéditions affichent déjà complet en 2022.

Tourisme Îles de la Madeleine note aussi l’engouement entourant les Sentiers entre Vents et Marées.

On voit de plus en plus de marcheurs, c’est impressionnant, affirme le directeur général, Michel Bonato. On le voit par le nombre de demandes d’informations, les pages consultées sur le site web, c’est tout en augmentation.

« Les Sentiers entre vents et marées ont mené la randonnée pédestre aux îles de la Madeleine dans une autre dimension. »

— Une citation de  Michel Bonato, directeur de Tourisme Îles de la Madeleine

Bientôt un agent pour structurer l’offre

Et la popularité des Sentiers entre vents et marées est appelée à grandir encore davantage, alors que Tourisme Îles de la Madeleine prévoit embaucher un agent de développement au début 2022.

Son mandat consistera exclusivement à mieux structurer l’offre de services entourant les Sentiers entre vents et marées pour faciliter sa commercialisation.

Il y a un énorme travail de structuration en lien avec l’ordre des étapes de marche pour permettre aux randonneurs de coucher au même endroit quelques nuits d'affilée et pour pouvoir offrir certains services comme le transport des bagages et des randonneurs d’une étape à l’autre, explique Michel Bonato.

Michel Bonato aux Îles-de-la-Madeleine

Le directeur général de Tourisme Îles-de-la-Madeleine, Michel Bonato, explique qu'une ressource sera embauchée dans le but de mieux structurer l'expérience des randonneurs (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Pour l’instant, les randonneurs autonomes doivent planifier eux-mêmes la logistique entourant leur séjour, ce qui peut s’avérer complexe puisque des services d’hébergement ne sont pas nécessairement accessibles à proximité des points d’arrivée des 13 étapes des Sentiers entre vents et marées.

« On a beaucoup d’appels au bureau d’accueil, mais, au-delà les renseigner les randonneurs, il faudrait leur proposer quelque chose qui est beaucoup plus simple à réserver. »

— Une citation de  Michel Bonato, directeur de Tourisme Îles de la Madeleine

Des rencontres de travail avec des hôteliers et des transporteurs locaux ont déjà eu lieu en ce sens, selon M. Bonato. Ce dernier précise aussi que différents forfaits de longue randonnée pourraient être mis sur pied avec une offre de transport aérien, notamment à travers le programme Explore Québec.

Mathieu Dupuis Iles de la Madeleine 2019. Tous droits réservés. Une licence de Mathieu Dupuis est requise pour utilisation.

Les randonneurs autonomes se butent parfois à des problèmes de logistique, car il n'existe actuellement aucun service de transport structuré entre les points d'arrivée de chacune des étapes du circuit et des lieux d'hébergement.

Photo : Mathieu Dupuis/Tourisme Îles de la Madeleine

On est sur une lancée, j’y crois vraiment que ça va juste continuer à augmenter, lance la confondatrice des Sentiers entre vents et marées, Carole Longuépée. Au fur et à mesure qu’on va être mieux organisé, ça sera de plus en plus accessible pour les voyageurs individuels.

L'un des six produits de niche du tourisme quatre saisons

L’embauche d’un futur agent pour développer les Sentiers entre vents et marées s’inscrit dans le cadre de la stratégie touristique durable 2021-2026 de Tourisme Îles de la Madeleine dévoilée en octobre lors de la Journée du tourisme.

Le circuit de longue randonné madelinot a été désigné comme l’un des six produits de l’association touristique régionale dans le but de développer un tourisme de niche quatre saisons.

Six produits de niche pour un tourisme quatre saisons :

  1. Pêches, produits de la mer, excursion de pêche touristique
  2. Observation des blanchons et activités hivernales
  3. Surf avec cerf-volant aérotracté et sports nautiques
  4. Ressourcement, ateliers de création, résidences artistiques, activités de bien-être
  5. Randonnée pédestre sur les Sentiers entre vents et marées
  6. Agrotourisme et tourisme gourmand

    Source : Stratégie touristique durable de Tourisme Îles-de-la-Madeleine

Ces produits proposent des expériences avec une très forte valeur ajoutée et se déroulent essentiellement en dehors de la saison touristique, dans le but de valoriser ce que les îles de la Madeleine ont à offrir à l’année, au fil des saisons, explique Michel Bonato.

En juillet et août, on est saturé, on ne peut plus en prendre des visiteurs, l’intérêt c’est d’étirer la saison par les deux bouts et on contribue vraiment à ça avec les Sentiers entre vents et marées, renchérit Carole Longuépée en précisant que la plupart des marcheurs qui parcourent les sentiers le font au printemps ou en automne dans le but d’éviter les journées trop chaudes.

Deux visiteurs marchent dans un sentier de Grande-Entrée

À l'heure actuelle, c'est un groupe de bénévoles qui veillent à la pérennité, l'entretien et l'amélioration des Sentiers entre vents et marées (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Carole Longuépée voit la désignation du réseau de sentiers en tant que produit de niche comme une belle reconnaissance du milieu . Le projet est porté à bout de bras par des bénévoles depuis 2014.

Elle estime que l’engagement de Tourisme Îles de la Madeleine envers le circuit de randonnée pédestre va contribuer à assurer sa pérennité.

On est tous des bénévoles, on a des demandes de gens qui veulent de l’aide dans l’organisation, mais on ne fait pas ça à temps plein, explique Carole Longuépée.

Selon elle, il serait aussi souhaitable que la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine prenne éventuellement en charge l’entretien des sentiers avec l’appui des bénévoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !