•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reine Bombo-Allara sera la présidente du conseil municipal de Longueuil

Née en République démocratique du Congo, elle voit dans sa nomination un geste « lourd de sens » de la part de la mairesse Catherine Fournier.

Elle signe dans un grand livre.

Reine Bombo-Allara lors de son assermentation, le 14 novembre

Photo : Gracieuseté : Phil Desforges

C'est sur la plus haute chaise de l'assemblée que prendra place Reine Bombo-Allara, le 23 novembre. La jeune femme originaire de la République démocratique du Congo sera nommée présidente du conseil municipal de Longueuil. La nouvelle a été officialisée jeudi.

J'ai passé une partie de la nuit à relire les règles de fonctionnement du conseil, raconte-t-elle, en avouant avoir une boule dans le ventre.

Cependant, il s'agit plus d'excitation que de peur. Je sais que j'ai mille et une choses à apprendre, mais je me sens prête.

Selon elle, cette marque de confiance de la part de la mairesse Catherine Fournier envoie un message fort en faveur de la diversité : On a poussé des portes et les portes sont maintenant ouvertes.

« Le visage de Longueuil a changé et c’est important que les décideurs ressemblent aux citoyens. »

— Une citation de  Reine Bombo-Allara, future présidente du conseil municipal de Longueuil

Reine Bombo-Allara est entrepreneure et présidente du conseil d’établissement d’une école secondaire. Elle est diplômée de HEC Montréal en gestion d’entreprise et en administration.

Née en République démocratique du Congo il y a 34 ans, elle est arrivée bébé à Longueuil.

À l'école primaire Lionel-Groulx, on était cinq Noires dans toute l'école, dont ma sœur, ma cousine et moi, raconte-t-elle. Aujourd’hui, quand je vois mon fils de 15 ans, les enfants issus de la diversité représentent la moitié des élèves.

À Montréal, Frantz Benjamin, originaire d'Haïti, a déjà présidé le conseil municipal entre 2013 et 2017.

La mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, a aussi donné un poste de responsabilité à une autre Congolaise : Affine Lwalalika intègre le comité exécutif avec la charge, notamment, de la sécurité publique.

La fin des chicanes au conseil municipal

Mardi, la première assemblée des élus ne devrait pas être le théâtre de chicanes, comme celles qui ont paralysé le conseil ces dernières années. Le mot d’ordre, c'est vraiment la collaboration, prévient la future présidente, dont l'équipe a raflé une large majorité des sièges.

Selon l'ancienne conseillère indépendante à Longueuil Nathalie Boisclair, qui a occupé la fonction de présidente durant quatre ans, le principal rôle de Reine Bombo-Allara sera de gérer les échanges en créant un climat qui les favorise, dépourvu de partisanerie.

« Avec l'importante majorité de la mairesse, la population aura le rôle d'opposition. Les attentes seront grandes et le président doit permettre à tous de s'exprimer dans le respect des règles et des élus. »

— Une citation de  Nathalie Boisclair, ex-présidente du conseil municipal de Longueuil

Reine Bombo-Allara a été élue dans le district Georges-Dor (Vieux-Longueuil) avec une large avance, raflant 54 % des voix. Elle a délogé le chef de l'opposition Xavier Léger.

Rapport de force écrasant au conseil de ville de Longueuil

Sur 16 sièges, on trouve :

  • 14 élus de la Coalition Longueuil, incluant la mairesse Catherine Fournier;
  • 1 élu du parti Option Greenfield Park, Sylvain Joly, qui a fait une entente électorale avec le parti de la mairesse et siégera au comité exécutif;
  • 1 élu du parti Longueuil Ensemble, Jacques Lemire, qui sera chef de l'opposition.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !