•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le biathlonien Jules Burnotte se prépare à la Coupe du monde

Jules Burnotte

Jules Burnotte s'apprête à s'envoler vers la Suède pour la Coupe du monde de biathlon. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après une saison plus difficile l’an dernier, le Sherbrookois Jules Burnotte s’apprête à commencer une première étape de la Coupe du monde de biathlon. 

Vendredi, on prend l’avion, on décolle pour un premier camp d’entraînement en Suède. Les premières courses vont se dérouler sept jours plus tard à Östersund, explique l’athlète de 24 ans. 

Il s’agit d’un retour à la coupe du monde pour le Sherbrookois. 

J’y ai touché l’année dernière, j’y ai touché l’année d’avant, mais j’ai été déclassé au niveau du circuit de développement. J’ai pu pas mal m’amuser l’an dernier là-dessus, mais un retour sur la Coupe du monde, je suis bien content, j’ai hâte de voir ce que ça va donner!, s’exclame-t-il. 

Un entraînement qui rapporte

L’athlète a passé l’été au Centre national d’entraînement Pierre-Harvey auprès de membres de l’équipe nationale de ski de fond.

« Ma vitesse en ski s’est vraiment améliorée par rapport à l’année passée. Je pense que ça a été vraiment payant cet été.  »

— Une citation de  Jules Burnotte, biathlonien

Il commence maintenant la Coupe du monde confiant à moitié

Ce qui va faire la différence, c’est ma qualité de tir, qui est un peu moins solide que par les dernières années. J’ai été un peu moins discipliné cette année sur le côté de l’entraînement de tir, et c’est ça qui va faire la différence. Ma vitesse en ski est bonne, mais ça va être de transférer la qualité en tir aussi, souligne-t-il. 

L'athlète travaille d'ailleurs son tir en Alberta depuis son retour du Centre Pierre-Harvey.

Ça fait un mois que je suis arrivé à Canmore et que j’ai beaucoup plus un focus sur le tir. C’est sûr que je vais profiter de toutes les occasions que j’ai pour améliorer ça. En même temps, il ne faut pas trop en faire, sinon ça nous joue dans la tête. Il va falloir trouver le juste milieu, conclut-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !