•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fanny Britt et Serge Bouchard gagnent des Prix littéraires du Gouverneur général

Du diesel dans les veines, de Serge Bouchard et Mark Fortier, est parmi les livres couronnés.

Montage photo d'un portrait des deux personnes.

Serge Bouchard et Fanny Britt

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Radio-Canada

Le livre de Fanny Britt ainsi que celui de Serge Bouchard et Mark Fortier figurent parmi les lauréats des prestigieux prix remis annuellement par le Conseil des arts du Canada. Chaque gagnante et gagnant recevra une somme de 25 000 $.

Du diesel dans les veines, de Serge Bouchard et Mark Fortier, remporte la victoire dans la catégorie essai. Ça me comble de joie. J’ai gagné une fois un sac à dos; je suis content de remporter un prix et pas le moindre. Ça me touche vraiment que le jury de trois personnes, à travers tous les beaux titres qu’on leur a soumis, ait retenu Du diesel dans les veines, a réagi Mark Fortier en entrevue avec la chroniqueuse culturelle de Tout un matin, Eugénie Lépine-Blondeau.

Évidemment, Mark Fortier est bouleversé que Serge Bouchard, décédé le 11 mai 2021, ne puisse profiter de cette marque de reconnaissance. J’aurais aimé célébrer cet événement avec lui.

Portrait de l'homme dans un studio de radio. Il porte des écouteurs et est assis.

L'éditeur et écrivain Mark Fortier

Photo : Radio-Canada / Louis-André Bertrand

Du diesel dans les veines est tiré de la thèse de doctorat de Serge Bouchard, qui a voyagé de novembre 1975 à octobre 1976 avec des camionneurs dans le Nord-Ouest québécois pour observer leur travail.

« C’est un livre sur l’humanité des camionneurs, sur leur poésie, leurs pensées, et c’est ce qui le rend actuel aussi. Serge avait ce don fabuleux de trouver dans la moindre parcelle de réalité toute la grandeur de l’humanité. C’est un livre sur la liberté. »

— Une citation de  Mark Fortier

Mark Fortier raconte qu’il a un peu imposé l'idée du livre à Serge Bouchard, qui en remettait sans cesse la réalisation. En fait, il était content, mais j’ai commencé à le faire sans lui demander la permission. Il était ravi que le livre existe. Remporter le Prix du Gouverneur général l’aurait rendu vraiment heureux. Serge a toujours accordé une immense importance au travail d’écriture. Sa thèse de doctorat est en quelque sorte son premier texte, mais aussi son dernier livre. Ça l’a marqué, il a parlé des camionneurs toute sa vie, souligne Mark Fortier.

Une surprise pour Fanny Britt

Faire les sucres, de Fanny Britt, gagne le prix dans la catégorie romans et nouvelles.

L’écrivaine ne s’attendait pas du tout à remporter la victoire. Surtout pour l’outsider de la littérature que je suis, car je viens du théâtre et j’ai toujours été complexée face au milieu littéraire, je ne suis pas allée à l’université [...], c’est un grand cadeau qui m’offre une espèce de détente, a-t-elle confié à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle du 15-18.

Page couverture du roman. Un dessin d'un nuage de vapeur.

Publié aux éditions Le Cheval d'août

Photo : Le Cheval d'août

C’est la deuxième fois qu’elle reçoit cette récompense. Elle avait été victorieuse en 2013 dans la catégorie théâtre pour sa pièce Bienveillance.

L’écrivaine est très heureuse d’avoir été choisie par un jury de trois écrivaines et écrivains : Sophie Bienvenu, Aristote Kavungu et Andrée A. Michaud pour sa catégorie. Ça fait un velours, car ce sont des pairs, des auteurs qui se penchent sur des écritures et me disent qu’ils reconnaissent la mienne, qu’ils la voient et que j’ai le droit de continuer.

D’autres lauréats et lauréates en français

Les autres livres gagnants en français sont Pendant que Perceval tombait, de Tania Langlais, dans la catégorie poésie, Copeaux, de Mishka Lavigne, en théâtre, et, pour la catégorie traduction, Poèmes 1938-1984, de Marie Frankland, version française de The Collected Poems, d’Elizabeth Smart.

Montage photo de Tania Langlais et Mishka Lavigne.

Les autrices gatinoises Mishka Lavigne et Tania Langlais ont chacune remporté un Prix littéraire du Gouverneur général mercredi.

Photo : Radio-Canada / Photos : Facebook/Tania Langlais / Marianne Duval

Pour la littérature jeunesse, les livres gagnants sont Les avenues, de Jean-François Sénéchal, dans la catégorie texte, et À qui appartiennent les nuages?, de Mario Brassard et Gérard DuBois, pour celle des livres illustrés.

Les Prix littéraires du Gouverneur général de cette année confirment l’irrésistible pouvoir d’évocation de la littérature. Les difficultés sanitaires et sociétales que nous avons vécues ont mis en relief l’importance renouvelée de l’imagination, de la réflexion et de la pensée critique, a déclaré Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada par voie de communiqué.

Les livres gagnants en anglais

Tainna: The Unseen Ones, de l’écrivaine inuite Norma Dunning, est le livre gagnant dans la catégorie romans de nouvelles.

Pour la poésie, c’est le premier recueil du poète canadien originaire du Nigéria Tolu Oloruntoba, The Junta of Happenstance, qui est couronné. Du côté du théâtre, Sexual Misconduct of the Middle Classes, de la résidente d’Halifax Hannah Moscovitch, est récompensé.

Portraits de Julie Flett et de Tolu Oloruntoba

Julie Flett et Tolu Oloruntoba font partie des lauréates et lauréats des Prix littéraires du Gouverneur général 2021.

Photo : Courtney Molyneux (Julie Flett) - Caroline Latona (Tolu Oloruntoba)

alfabet/alphabet: a memoir of a first language, de l’Ontarienne Sadiqa de Meijer, gagne dans la catégorie essai, et This Radiant Life, la traduction par Erin Moure du livre La vie radieuse, de la Québécoise Chantal Neveu, obtient la victoire dans sa catégorie.

Les livres récompensés dans les deux catégories de la littérature jeunesse sont ​​Firefly, de Philippa Dowding, et On the Trapline, de David A. Robertson et Julie Flett.

Les 14 livres lauréats ont été choisis parmi 70 finalistes. Puisque la remise des prix de 2020 avait été reportée en juin 2021, il s’agit de la deuxième annonce de ces prix cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !