•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Guilbert : le jeune maire qui ne veut pas du prolongement de l’autoroute 20

Le nouveau maire de Trois-Pistoles n'a pas l'intention de se taire

Portrait de Philippe Guilbert dans les bureaux municipaux de Trois-Pistoles.

Philippe Guilbert, le nouveau maire de Trois-Pistoles.

Photo : Radio-Canada

Philippe Guilbert est l'un des rares maires du Bas-Saint-Laurent, sinon le seul, à demander au gouvernement de ne pas allonger l'autoroute 20 vers l'est depuis les 30 dernières années. Il juge le projet actuel inutile. « On a le même exemple avec le troisième lien à Québec, c'est un peu le même débat », lance le nouveau maire de Trois-Pistoles.

Il a 29 ans, il est arrivé au Bas-Saint-Laurent il y a à peine quatre ans, il n'a jamais touché à la politique municipale, mais Philippe Guilbert ne souffre d'aucun complexe. Surtout en ce qui a trait à l'épineux sujet du prolongement de l'autoroute 20 vers Rimouski. Ce n'est absolument pas nécessaire, croit-il.

Son opposition est d'abord liée aux considérations environnementales. Il fait partie de ces jeunes élus qui se réclament de la génération verte.

Cependant, le nouveau maire de Trois-Pistoles avance aussi des arguments économiques.

Je comprends que les gens de Rimouski aient envie de sauver quelques minutes, mais ça va affecter la quantité de gens de passage à Trois-Pistoles, explique-t-il.

En été, les touristes qui sortent de l'autoroute 20 affluent dans les commerces locaux laissant d'importants revenus commerciaux.

Comme maire de Trois-Pistoles, je ne peux pas me positionner en faveur d'un projet qui va affecter le développement économique de ma ville, indique M. Guilbert.

Cela dit, pour changer les plans, Philippe Guilbert n'aura pas beaucoup de temps puisque le gouvernement s'apprête à réintégrer l'allongement du lien routier au Programme québécois des infrastructures (PQI).

Une promesse électorale de François Legault de 2018 que le premier ministre entend reprendre d'ici les prochaines élections en 2022.

« J'aimerais ça que le gouvernement ne mette pas ce projet-là au PQI. »

— Une citation de  Philippe Guilbert, nouveau maire de Trois-Pistoles

En disant cela, le nouveau maire sait très bien qu'il fera sourciller probablement tous les autres maires du Bas-Saint-Laurent, soucieux d'afficher une solidarité inébranlable pour ne pas perdre l'attention du gouvernement.

Ce n'est pas un projet qui est nécessaire, ni même viable, je pense qu'il y a beaucoup d'autres alternatives, beaucoup plus simples, moins coûteuses, moins dommageables, qu'on peut entreprendre au lieu de ce projet-là.

Philippe Guilbert se dit bien conscient qu'il y a des enjeux de sécurité. C'est pourquoi il propose d'améliorer la route 132 en aménageant des voies de contournement ou en l'élargissant.

Pancarte 132 et autoroute 20

En 2018, des citoyens de la MRC des Basques souhaitent que la route 132 soit bonifiée au lieu de prolonger l'autoroute 20.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

S'il se dit très ouvert à la discussion, il s'oppose néanmoins catégoriquement à la construction d'un second pont routier au-dessus de la rivière Trois-Pistoles dans la municipalité voisine de Notre-Dame-des-Neiges.

« On a une super belle rivière. Je n'ai pas envie de voir ce joyau abîmé parce qu'on a voulu une alternative à une route qui existe déjà. »

— Une citation de  Philippe Guilbert, maire de Trois-Pistoles

Philippe Guilbert aura l'occasion de confronter ses collègues sur ce sujet dès le 26 novembre à l'occasion de la prochaine réunion de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL).

Le président de la TREMBSL, Michel Lagacé, n'a pas voulu commenter la position du maire Guilbert, préférant attendre d'en discuter avec le principal intéressé.

Il a tout de même mentionné qu'il ne se souvenait pas qu'un maire ait soulevé une opposition formelle au projet de prolongement de l'autoroute 20 dans le passé.

Guy Caron.

Guy Caron prononce son discours de victoire comme maire élu de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Pour sa part le maire de Rimouski, Guy Caron, estime que la proposition de son homologue pistolois est une option à explorer. Il se dit sensible aux considérations environnementales lui aussi.

Il est d'avis que si l'amélioration de la route 132 permet à un projet d'aboutir plus vite, cela puisse constituer un plan B ou C.

Ce qui avantagerait l'option d'un prolongement de l'autoroute 20, note Guy Caron, ce serait d'avoir une étude des impacts économiques.

Je ne suis pas encore tombé sur des études qui montraient les avantages clairs qu'il y aurait pour la région et pour Rimouski d'une autoroute 20, mentionne le maire.

Trois-Pistoles : un coup de foudre

Natif de Blainville, dans la couronne nord de Montréal, Philippe Guilbert a fait sa première rencontre avec Trois-Pistoles, en 2012, lors d'un travail universitaire.

Ç'a été un coup de foudre. J'ai même dit à une collègue que j'allais probablement habiter là un jour, se remémore le bachelier en géographie 10 ans plus tard.

Trois-Pistoles

Trois-Pistoles

Photo : Radio-Canada

J'ai senti que c'était un beau petit milieu, dynamique. Des fois, ce n'est pas rationnel, mais je m'y sentais bien, dit-il.

C'est d'abord à Rimouski que Philippe Guilbert a posé ses valises pour y poursuivre ses études. Après quoi, il a occupé un poste d'agent de développement à Saint-Jean-de-Dieu et de coordonnateur du marché public des Basques.

Le rêve du jeune banlieusard d'habiter Trois-Pistoles pouvait enfin se matérialiser. Il y a trois ans, loin de lui était l'idée de se présenter comme maire, mais étant très politisé, je ne voyais pas énormément de monde que ça intéressait, alors je me suis dit : "moi ça m'intéresse". C'est là que j'ai décidé de former une équipe.

Présenter une équipe dans une petite ville peut être un exercice périlleux. Trois des six candidats de l'équipe Guilbert ont remporté leur siège de conseiller lors du scrutin du 7 novembre. L'équipe adverse occupe deux sièges et un conseiller indépendant a aussi été élu.

Est-ce que le nouveau conseil pourra mettre derrière les rivalités de la campagne électorale? Oui, promet le nouveau maire.

Ce sont des gens qui veulent le bien de Trois-Pistoles bien avant la partisanerie. Jusqu'à maintenant, c'est très bien parti, se réjouit le maire.

Philippe Guilbert entend occuper son poste à temps complet. Contrairement à l'ancienne administration, il a l'intention de participer aux instances régionales comme la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !