•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le financement d’une poursuite contre Ottawa fâche un groupe métis albertain

Des Métis défilent en tenant leur drapeau devant l'édifice abritant la Cour suprême du Canada, à Ottawa.

Des Métis défilent en tenant leur drapeau devant l'édifice abritant la Cour suprême du Canada, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

La décision du gouvernement albertain de financer un recours légal de deux communautés métisses du nord de la province contre Ottawa fâche un groupe qui représente les Métis en Alberta.

L’Alberta a annoncé lundi que deux nations métisses de l'Alberta allaient recevoir de l’argent du Fonds provincial pour les litiges autochtones pour poursuivre le gouvernement fédéral au sujet d'une interdiction d’autoriser le passage de pétroliers dans les ports du nord de la côte de la Colombie-Britannique.

Les nations de Willow Lake et de Fort McKay vont recevoir plus de 372 000 $ pour s’opposer à la Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers, qui est entrée en vigueur en juin 2019.

L'interdiction du passage des pétroliers empêche les peuples autochtones de jouer un rôle dans le développement de grands projets énergétiques et brime le développement de nos communautés. Nous prônons un accès équitable aux marchés. Ces fonds peuvent nous aider à ouvrir plus grand la porte au développement des ressources pour les Métis et les autres Albertains, a déclaré le chef de la Nation métisse de Fort McKay, Ron Quintal.

Ron Quintal prend la parole debout sur une estrade.

Le président de la Nation métisse de Fort McKay, Ron Quintal, croit que le moratoire brime le développement de leurs communautés.

Photo : Radio-Canada

Dans un communiqué, l’organisme Nation métisse de l'Alberta dit être le seul gouvernement démocratiquement élu qui représente les Métis en Alberta.

Le premier ministre [Jason] Kenney s’est tenu avec une poignée de groupes illégitimes, antidémocratiques et sans responsabilité pour contester une loi fédérale, a déclaré Audrey Poitras, la présidente de la Nation métisse de l'Alberta.

En tant que représentants démocratiquement élus des citoyens métis de l'Alberta, nous voulons préciser que, si ces questions sont portées devant les tribunaux, notre organisme sera là pour souligner que ces personnes et ces organisations ne représentent pas les Métis de l'Alberta. Les tribunaux devront examiner la crédibilité de ces allégations.

Il s’agit d’une mauvaise décision de la part du premier ministre et une mauvaise utilisation de l'argent public, a ajouté Audrey Poitras.

Le conflit entre les nations métisses dure depuis qu’une entente a été conclue avec Ottawa et les associations métisses de l’Alberta, de la Saskatchewan et de l’Ontario. La Nation métisse de l'Alberta dit que, depuis, des organismes non légitimes tentent de s’accaparer des terres et des ressources métisses.

Le ministre albertain des Relations avec les Autochtones, Rick Wilson, a déclaré que le gouvernement n'avait pas parlé avec le groupe Nation métisse de l'Alberta, mais que les deux communautés dont le recours sera financé ont présenté leur propre plan au gouvernement.

Nous soutenons tous les Métis de l'Alberta, a déclaré Rick Wilson. Il n’y a pas qu’un seul groupe qui représente tous les Métis.

Le fonds provincial pour les litiges autochtones soutient les actions en justice menées par les communautés autochtones pour contester les lois fédérales qui entravent les projets énergétiques en Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !