•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abbotsford ordonne l’évacuation immédiate de tous les résidents de Sumas Prairie

La vie humaine « est plus importante que celle du bétail ou des poulets », dit le maire implorant tous les habitants d'évacuer la plaine Sumas.

L'eau submerge la quasi-totalité de plusieurs fermes et résidences dans une plaine.

Plusieurs secteurs de Sumas Prairie étaient déjà inondés mardi, avant l'alerte concernant la station de pompage de Barrowtown.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La Ville d'Abbotsford a ordonné l'évacuation immédiate, mardi soir, de la zone de Sumas Prairie, car la station de pompage qui empêche le fleuve Fraser d'envahir cette plaine ne suffit plus et risque de cesser de fonctionner à tout moment. Les autorités municipales parlent d'un « événement catastrophique ». La Ville est en état d'urgence depuis lundi.

« Les résidents doivent abandonner leurs efforts pour sauver leur bétail [...] et d'évacuer immédiatement les lieux. Les personnes qui restent sur place, ou qui ne peuvent évacuer le secteur en sécurité doivent immédiatement communiquer avec le 911 et indiquer le lieu où ils se trouvent. »

— Une citation de  Ville d'Abbotsford

Le maire d'Abbotsford, Henry Braun a expliqué en conférence de presse à 21 h HNP mardi, que l'eau est à un mètre de s'infiltrer dans la station de pompage. Une fois que l'eau pénètre dans la station, la municipalité devra éteindre les quatre pompes qui s'y trouvent.

Le chef de la police d'Abbotsford, Mike Serr, a déclaré que la ville était prête à utiliser le système d'alerte provinciale si la station de pompage tombait en panne. Des messages texte seraient alors envoyés aux résidents d'Abbotsford et de certaines parties de Chilliwack.

Une zone qui s'étend sur 14 km entre la frontière américaine et le chemin South Parallel au nord, le chemin Mackenzie à l'ouest et le chemin Boundary à l'est.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Ville d'Abbotsford a ordonné l'évacuation de la prairie Sumas en raison d'une aggravation imminente des inondations du secteur.

Photo : Ville d'Abbotsford

La station de pompage de Barrowtown, construite entre 1977 et 1983, protège plusieurs infrastructures importantes, comme l'autoroute 1, la route 11, des lignes électriques de BC Hydro, des voies ferrées, des lignes de transmission de gaz et de pétrole, des risques causés par les inondations. La station est également le seul point de drainage pour 95 km2 de terre agricoles.

Si la station de pompage cesse de fonctionner et de drainer la prairie Sumas, cette dernière sera inondée en 2 à 7 jours selon les conditions météorologiques, affirme un rapport préparé pour la Ville d'Abbotsford en 2013.

En point de presse, le maire Braun a noté que les deux tiers de la plaine Sumas étaient autrefois le lac Sumas et celui-ci se reformera rapidement si la station de pompage de Barrowtown cesse de fonctionner.

Il a ajouté qu'historiquement, le lac Sumas avait environ 3 mètres de profondeur, ce qui est suffisant pour faire beaucoup de dommages.

La ville d'Abbotsford située à l'est du Grand Vancouver, compte 160 000 habitants.

Des équipes de sauvetage additionnelles

Le chef pompier d'Abbotsford, Darren Lee, a affirmé que le plan d'attaque est de construire un barrage de sacs de sable autour de la station de pompage et d'y aéroporter des pompes additionnelles le plus tôt possible.

Il a ajouté que des équipes de sauvetages supplémentaires sont en déploiement à l'est et à l'ouest de la zone et sont déjà à l'œuvre. Au cours de la nuit, les sauvetages se feront à l'aide de bateaux.

Le chef Lee a précisé que des hélicoptères seront déployés avec la levée du jour mercredi pour les sauvetages où il est nécessaire d'utiliser un câble pour récupérer les personnes coincées dans des lieux inaccessibles autrement.

Il a toutefois rappelé que tous ces sauvetages mettent en péril ceux qui les effectuent et implore une fois de plus les habitants d'évacuer la plaine Sumas immédiatement s'ils peuvent le faire en toute sécurité.

La Ville d'Abbotsford a averti les résidents de Sumas Prairie que le service d'eau municipal pour le secteur est désormais fermé. La municipalité a indiqué que l'aqueduc principal a été rompu par l'érosion dans le secteur.

Un fermier tire une chèvre dans un enclos inondé.

Un fermier d'Abbotsford, en Colombie-Britannique, tire une chèvre dans un enclos inondé.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Plus tôt dans la journée, le maire de la municipalité avait déclaré que la Ville n'était pas au bout de ses peines. Il fera soleil pour les prochains jours, alors les gens croient que c’est terminé. Ce n’est pas terminé. L’eau continue d’affluer et de monter.

« Notre priorité est la sécurité des résidents d’Abbotsford. Toutes les ressources sont déployées. »

— Une citation de  Henry Braun, maire d’Abbotsford

Il expliquait alors que de nombreuses fermes sont situées dans la région la plus inondée, Sumas Prairie. La priorité est la sécurité des résidents, mais j’ai déjà à l’esprit le bétail et la volaille, puisque nous sommes le premier producteur d'œufs au Canada, dit Henry Braun. Il y a beaucoup de vaches, de poules et de porcs dans cette prairie.

Le maire Braun a déclaré avoir été en contact avec des responsables provinciaux et fédéraux, dont le premier ministre Justin Trudeau.

Le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique, Mike Farnworth, a déclaré mardi soir dans un communiqué qu'il avait lui aussi demandé un soutien fédéral, y compris des Forces armées canadiennes, pour Abbotsford et les inondations ailleurs dans la province.

Mardi, plus de 80 familles avaient trouvé refuge au centre de réception établi à l’aéroport d'Abbotsford, affirme son maire, Henry Braun. C'est un moment de stress et d’incertitude pour les gens qui sont touchés, a-t-il déclaré au cours de la matinée.

Un dur lendemain de veille pour le sud de la province

Dur réveil en Colombie-Britannique mardi, où les pluies torrentielles et les inondations dans le sud de la province ont forcé des milliers de personnes à évacuer leur logement et bloqué d'importantes routes. Une personne a perdu la vie dans un glissement de terrain survenu le long de la route 99 près de Lillooet, confirme la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Tard lundi, les équipes de recherche de Pemberton et de Lillooet ont été transportées dans le secteur par hélicoptère. Elles ont localisé puis extirpé le corps d’une femme de la coulée de boue, a indiqué la GRC dans une déclaration.

Des résidents regardent l'eau qui s'accumule dans les rues de Merritt, dans l'intérieur de la Colombie-Britannique.

Des résidents regardent l'eau qui s'accumule dans les rues de Merritt. Toute la municipalité est touchée par un ordre d'évacuation.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Si la pluie s'est atténuée dans plusieurs régions du sud de la province, Environnement Canada lance toutefois des alertes de neige, notamment entre Hope et Merritt, la région la plus durement touchée par les inondations.

Tous les résidents de Merritt ont été contraints de quitter leur domicile et de se rendre vers Kamloops ou Kelowna en raison du débordement des rivières et de l'effondrement du système de traitement des eaux. Au total, 7000 personnes de cette municipalité de l'intérieur de la province sont déplacées vers Kamloops et Kelowna.

Postes Canada y a suspendu son service de courrier. Sa livraison reprendra lorsque la situation sera de nouveau sécuritaire pour les agents, indique le service postal.

Plus au sud, à Princeton, 295 résidences avaient été évacuées mardi, et 300 étaient sur le pied d'alerte.

Le système de traitement des eaux n’est plus fonctionnel, a annoncé le maire de la municipalité, Spencer Coyne. Il s’agit de notre priorité à l’heure actuelle : avoir de l’eau.

La Ville de Princeton en Colombie-Britannique, inondée.

La Ville de Princeton, en Colombie-Britannique, a subi d'importantes inondations.

Photo : Offerte par Misty Oceanna

Routes détruites

Le réseau routier du sud de la Colombie-Britannique est lourdement touché par les inondations. Si la pluie a, par endroits, transformé des routes en véritables rivières, la crue des eaux et des glissements de terrain ont détruit d'importantes portions de routes.

Une portion de la route Coquihalla, l’axe principal qui relie le Grand Vancouver à l'intérieur de la province et à l’Alberta, a notamment été emportée par les eaux.

Le gouvernement demande aux automobilistes d'éviter les déplacements non essentiels. Les principales routes du sud de la province sont touchées par des fermetures. Les informations sont régulièrement mises à jour sur le site DriveBC (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Une portion de la route Malahat est détruite.

Une portion de la route Malahat, la plus importante route nord-sud de l'île de Vancouver, est détruite.

Photo : Ministère des Transports de la C.-B.

Précipitations d'un mois en quelques jours

Certains endroits entourant la vallée du Fraser ont reçu bien au-delà de 200 millimètres de pluie depuis dimanche.

C’est énorme, affirme le météorologue d'Environnement Canada Armel Castellan. On peut [même] parler en centimètres, et plus en millimètres, tellement c’est gros.

Des records journaliers, voire mensuels, ont été battus à certains endroits, soutient le météorologue, précisant que le mois de novembre est généralement le plus pluvieux de l'année.

« C’est recevoir [la pluie] du mois de novembre tout entier en 24 ou 36 heures. C’est 30 fois plus que ce qu'on devrait avoir. Ça déboussole. »

— Une citation de  Armel Castellan, météorologue à Environnement Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !