•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Douze nouveaux venus feront leur entrée officielle au conseil municipal de Gatineau

Un édifice municipal vu de l'extérieur.

La cérémonie d'assermentation du nouveau conseil municipal aura lieu mardi soir, à la Maison du citoyen de Gatineau (archives).

Photo : Hugo Bélanger

Pas moins de 12 des 19 conseillers de Gatineau qui seront assermentés, mardi soir, sont des nouveaux venus en politique municipale. Survol du bagage d’expériences qu’ils amènent avec eux et des principaux dossiers qu’ils souhaitent voir avancer.

Steven Boivin, district d’Aylmer

Le conseiller indépendant est connu pour son implication dans le milieu des arts, lui qui a notamment cofondé Transistor Média, un groupe de production de baladodiffusions qui a pignon sur rue dans Aylmer. J'ai vraiment eu un coup de foudre pour le secteur, dit celui qui y a fondé sa famille et s’est impliqué dans différentes associations de quartier. On a la chance d'avoir des associations de résidents, des organismes communautaires, culturels et sportifs qui contribuent grandement au développement de notre ville. Je veux m'assurer de leur donner [leur] voix au sein du conseil municipal, ajoute le nouvel élu. Steven Boivin souhaite aussi répondre aux préoccupations des citoyens face au développement qui s’opère dans l’ouest de Gatineau.

Caroline Murray, district de Deschênes

La nouvelle venue à la table du conseil est impliquée au sein de sa formation politique, Action Gatineau, depuis 2017, et a notamment siégé à son comité de direction. C’est comme journaliste qu’elle a d’abord gagné de l’intérêt pour les enjeux municipaux. Installée avec sa famille depuis quelques années dans le district de Deschênes, elle souhaite faire du dossier de la protection des espaces verts, comme la forêt Boucher, sa priorité. Dans l'ouest, il y a aussi un gros enjeu du développement des infrastructures versus le développement immobilier. Les deux ne s'accroissent pas du tout au même rythme. Il faut y remédier, ajoute-t-elle.

Bettyna Bélizaire, district du Plateau

Portrait d'une femme qui sourit.

Bettyna Bélizaire succédera à Maude Marquis-Bissonnette comme conseillère du district du Plateau (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Ex-présidente de l'Association des résidents du Plateau et directrice générale d’Accompagnement des Femmes Immigrantes de l’Outaouais (AFIO), la nouvelle élue s’implique dans le milieu communautaire depuis des années. En entrevue, elle souligne avoir été motivée par un appel à oser lancé aux jeunes par l’ex-conseillère municipale de Gatineau, Mireille Apollon, un an après le séisme qui a frappé Haïti en 2010. Comme nouvelle conseillère du Plateau, Mme Bélizaire veut se concentrer sur un accroissement de l’offre en infrastructures routières, scolaires et récréatives. On doit absolument offrir un espace dédié à nos jeunes et c’est également important de reverdir le Plateau, ajoute celle qui succède à Maude Marquis-Bissonnette dans ce district.

Anik Des Marais, district de Mitigomijokan

La nouvelle élue d’Action Gatineau a travaillé en développement international pour le gouvernement fédéral, ce qui l’a amenée à vivre au Kenya et au Pérou, entre autres. En entrevue, elle indique que, bien qu’elle ait une longue carrière internationale, son intérêt pour les affaires municipales ne date pas d’hier. Elle mentionne qu’elle a contribué, dans les années 90, à la fondation de l’organisme Vivre en ville. Entre autres priorités, Anik Des Marais souhaite implanter le concept de rues conviviales à plusieurs endroits dans le tout nouveau district de Mitigomijokan, comme sur le chemin d’Aylmer.

« J'ai habité au Pérou où l'effet des changements climatiques se fait ressentir énormément. [...] J'ai élaboré des programmes, des budgets et fait le suivi de programmes pour améliorer la qualité de vie des gens et réduire la pauvreté. [...] Je me sens bien équipée pour faire face aux défis de la ville et élaborer des solutions pour améliorer Gatineau. »

— Une citation de  Anik Des Marais, conseillère élue dans le district de Mitigomijokan

Steve Moran, district de Hull-Wright

Un homme avec un gilet noir en ville

Steve Moran, conseiller d'Action Gatineau élu dans Hull-Wright (archives)

Photo : Radio-Canada

Celui qui succède à Cédric Tessier pour représenter les citoyens du district de Hull-Wright sera sans nul doute bien occupé par le dossier de la relance post-pandémie du centre-ville de Gatineau. Il souhaite placer les résidents du quartier au cœur de cette relance. Ce sont des gens qui sont souvent oubliés. [...] On doit aider les commerçants locaux à passer au travers de la crise, mais réorienter aussi leur offre pour que ça cible mieux les gens [du coin].Steve Moran met d’ailleurs la création d’une épicerie sur l’île de Hull en tête de ses priorités. La crise du logement est son deuxième dossier prioritaire, suivie de la lutte aux changements climatiques.

Louis Sabourin, district de Limbour

Élu sous la bannière d’Action Gatineau, Louis Sabourin a été infirmier, enseignant, courtier immobilier, entre autres professions exercées. Il promet de mettre à profit ses expériences variées pour faire avancer les dossiers qui sont chers aux résidents de Limbour, quartier où il habite depuis une vingtaine d’années. Un conseiller municipal, pour moi, c'est une personne qui, de par sa nature, doit être versatile, doit être un touche-à-tout. Donc, pour moi, c'était l'emploi rêvé, affirme-t-il. Il souhaite donner la priorité à l’inclusion de logements sociaux dans les projets de développement, mais aussi à l’amélioration du réseau de pistes cyclables.

Tiffany-Lee Norris Parent, district de Touraine

Plus jeune conseillère municipale élue à Gatineau, Tiffany-Lee Norris Parent dit avoir eu envie d’étudier en sciences politiques et ensuite, faire le saut en politique municipale, en voyant différents mouvements de justice sociale se déployer, ces dernières années. Elle espère inspirer, de fil en aiguille, de plus en plus de jeunes à s’impliquer en politique. Parmi ses priorités, elle mentionne la réfection du boulevard de la Gappe. L’élue de 22 ans insiste surtout sur le fait qu’elle veut rebâtir le lien de confiance des résidents de son quartier avec leurs représentants. Il y a eu un manque de confiance au cours des quatre dernières années. Je l'ai beaucoup entendu en porte-à-porte. C'est vraiment sur ça que je veux travailler dans ma première année, explique-t-elle.

Olive Kamanyana, district du Carrefour-de-l'Hôpital

Une femme tient des pamphlets de son programme électoral dans les mains. Elle sourit. Elle porte une camisole bleue et une veste jaune lors d'une journée ensoleillée.

Olive Kamanyana est impliquée dans la communauté gatinoise depuis 23 ans (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

La nouvelle conseillère élue dans le district du Carrefour-de-l’Hôpital est bien connue pour son implication dans la communauté gatinoise. Elle a fondé l’association de résidents du secteur qu’elle représentera maintenant au conseil municipal, mais aussi LeaderPol, un organisme créé pour encourager les personnes afrodescendantes à se présenter en politique. Elle compte s’attaquer, dans les prochains mois, aux enjeux de sécurité routière dans son district. Je trouve que c'est vraiment l'élément le plus important [...], c'est-à-dire la combinaison entre la réfection des routes, mais aussi la vitesse et la sécurité dans les intersections de différents boulevards, avenues et chemins.

Alicia Lacasse-Brunet, district de Bellevue

C’est le souhait de travailler activement à la lutte contre les changements climatiques qui a poussé Alicia Lacasse-Brunet, mère de deux jeunes enfants, à faire le saut en politique municipale. Elle veut notamment s’assurer que le projet domiciliaire de 1200 unités de logement prévu dans la portion nord de son district se fasse en respectant l’environnement. J'ai pu rencontrer le promoteur pendant ma campagne électorale. J'aimerais pouvoir me rasseoir avec lui bientôt pour voir comment on peut mettre les choses en branle pour arriver à quelque chose de plus concret, de plus rapide possible, soutient la nouvelle élue en soulignant que le projet permettra la création d’une nouvelle école.

Denis Girouard, district du Lac-Beauchamp

Journaliste sportif dans les années 80 et 90, M. Girouard a fait partie du conseil d’administration de l'Agence de la santé de l’Outaouais et été président et directeur général de la Fondation Jellinek, qui vise à venir en aide aux personnes aux prises avec des problèmes de dépendance. C’est en accompagnant le conseiller Jocelyn Blondin en porte-à-porte, durant la campagne de 2017, qu’il a eu la piqûre de la politique municipale. Il souhaite donner la priorité aux dossiers de réfection des rues et de réduction de la vitesse à laquelle peuvent circuler les voitures dans certains secteurs, comme autour des parcs et des centres pour personnes âgées. On veut des places saines pour les aînés et les jeunes, mais pour se rendre à ces sites-là, ça prend des rues sécuritaires, insiste Denis Girourard.

Mario Aubé, district de Masson-Angers

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Mario Aubé, conseiller indépendant élu dans le district de Masson-Angers

Photo : Radio-Canada

Celui qui était jusqu’à tout récemment journaliste au 104,7 souligne avoir commencé son apprentissage de la politique municipale dès son arrivée dans la région, en 1991. À l'époque où j'étais étudiant, on couvrait les conseils municipaux. J'ai toujours aimé le déroulement des conseils et du fonctionnement d'une ville, se rappelle-t-il. Le nouvel élu indépendant, qui succède à Marc Carrière dans le district de Masson-Angers, fait de la réfection de routes sa priorité, comme pour plusieurs autres élus à la table du conseil municipal. Il note que des mesures d’atténuation de la vitesse doivent aussi être prises. Mais pour que les [déplacements soient] sécuritaires, ça prend aussi de belles rues. Si on zigzague entre les nids de poule, ce n'est pas non plus de la conduite sécuritaire.

Edmond Leclerc, district de Buckingham

Le jeune élu indépendant de 22 ans souligne que son désir de s’impliquer en politique remonte à plusieurs années, lui qui a tenté de se faire élire pour la première fois à l’âge de 18 ans. Maintenant qu’il a réussi à remporter la course dans Buckingham aux dépens du conseiller sortant Martin Lajeunesse, il souhaite se concentrer, dans un premier temps, sur la relance post-pandémie de l’avenue Buckingham et du vieux centre-ville de son quartier. Il mentionne que bien des citoyens de son district ont le sentiment, avec ceux de Masson-Angers, d’être délaissés par rapport aux Gatinois habitant plus à l’ouest de la ville. Mon collègue de Masson-Angers et moi allons travailler en étroite collaboration pour essayer de changer cette culture-là parce qu'on a l'impression que, dans la grande ville de Gatineau, [...] on est oubliés, dans l'extrême est, résume-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !