•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Expériences psychédéliques en Saskatchewan

Une planche de la bande dessinée, on y voit un personnage qui contemple l'hôpital psychiatrique.

La bande dessinée présente les expériences psychédéliques du psychiatre Humphry Osmond, qui a pratiqué à l'Hôpital de Weyburn dans les années 50.

Photo : Between the Lines

Wonder Drug : LSD in the Land of Living Skies, une bande dessinée sur l'histoire du LSD en Saskatchewan, présente les expériences psychédéliques du psychiatre Humphry Osmond. Celui-ci a pratiqué à l'Hôpital de Weyburn dans les années 50.

« La Saskatchewan investissait dans la recherche sur les drogues psychédéliques dans les années 1950. »

— Une citation de  Erika Dyck, historienne et professeure à l'Université de la Saskatchewan

Le récit est ancré dans le travail de recherche d’Erika Dyck, historienne et professeure à l'Université de la Saskatchewan.

En 1951, le psychiatre anglais Humphry Osmond quitte Londres pour s’installer à Weyburn, dans le sud de la Saskatchewan, pour y devenir directeur clinique de l'hôpital psychiatrique.

La Saskatchewan suscite alors l'intérêt de chercheurs et de médecins aux quatre coins du globe, selon Erika Dyck. Sous l’égide du premier ministre saskatchewanais de l'époque, Tommy Douglas, la province se dote d’un des premiers systèmes d’assurance maladie au monde.

« Les réformes du système de santé exigeaient que l'on aille au-delà des méthodes traditionnelles de recherche. »

— Une citation de  Erika Dyck, historienne et professeure à l'Université de la Saskatchewan

La psychiatrie est alors en pleine transformation : de nouvelles molécules créées en laboratoire permettent de traiter les patients atteints de psychose. Alors qu'ils étaient jusque-là mis à l'écart dans des asiles, leur état de santé était amélioré grâce à ces nouveaux médicaments.

Humphry Osmond s'intéresse à une autre molécule, le diéthyllysergamide, mieux connue sous le nom de LSD. Il croit que le LSD représente une piste de recherche pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau pendant une psychose.

Humphry Osmond en fait l’essai d’abord sur lui-même et ses collègues, qui à leur tour font des expériences avec leurs épouses et leurs amis.

Deux personnages d'une bande dessinée consomment du LSD.

L'historienne Erika Dyck dévoile les expériences qui se sont tenues lors de soirées mondaines données par le Dr Humphry Osmond.

Photo : Between the Lines

C’est ainsi que, dans cette petite ville de la Saskatchewan des années 50, de jeunes médecins et leurs amis consomment du LSD pour comprendre les rouages du cerveau humain.

La bédé, en anglais seulement pour le moment, fait découvrir de multiples histoires méconnues, notamment la conception architecturale d’un hôpital psychiatrique, les traitements au LSD pour traiter l'alcoolisme et les expériences psychédéliques dans une Première Nation de la Saskatchewan.

Au fil des cases, on croise des figures incontournables du mouvement psychédélique comme l’auteur Aldous Huxley, le poète Allen Ginsberg ou le psychologue Timothy Leary, mais aussi des politiciens tels que le premier ministre de la Saskatchewan Tommy Douglas et un jeune Bob Rae avant qu’il ne devienne premier ministre de l’Ontario.

Une illustration d'une personne autochtone, et d'un cactus.

La bande dessinée décrit un rituel spirituel autochtone avec des plantes psychédéliques utilisées par des membres de la Première Nation de Red Pheasant, en Saskatchewan.

Photo : Between the Lines

En plus du travail de recherche exhaustif d’Erika Dyck, la bande dessinée est scénarisée par l’auteur Hugh D.A. Goldring et illustrée par l’artiste nicole marie burton.

Ils m'ont demandé d'en faire quelque chose qui soit historiquement exact, mais visuellement attrayant, et qui puisse rejoindre différents types de public, explique Erika Dyck.

La bande dessinée Wonder Drug : LSD in the Land of Living Skies est publiée par la maison d’édition Between the Lines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !