•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Safran : de l’or rouge produit en Colombie-Britannique

Il faut près de 400 000 stigmates pour produire 1 kg de safran, qui se vend entre 50 000 $ et 60 000 $.

Des fleurs de safran dans un champ en Colombie-Britannique.

Chaque bulbe de safran produit trois fleurs qui produisent chacune trois stigmates : le safran.

Photo : CBC / Gian-Paolo Mendoza

Radio-Canada

Le safran est une épice qui pousse dans un climat chaud et sec. Pourtant, un fermier d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, a décidé de faire pousser l’épice la plus chère du monde sur ses terres à Abbotsford.

Avtar Dhillon cultive des bleuets dans sa ferme familiale depuis 2006. Au cours des dernières années, le prix des bleuets ayant beaucoup diminué, il cherchait à diversifier ses cultures pour récupérer la perte de revenus. Après avoir fait des recherches, il s’est lancé, il y a 6 ans, dans la culture du safran.

Après plusieurs essais, Avtar Dhillon a découvert que le meilleur moment pour produire le safran se situe entre le mois d’août et la saison des pluies. « L'humidité dans l’air aide à protéger la santé des stigmates au moment de la récolte », précise-t-il.

Les stigmates sont les tiges rouges de la fleur de safran qui sont souvent utilisées en cuisine, comme assaisonnement ou comme agent colorant. Chaque bulbe de safran produit trois fleurs, et chaque fleur produit trois stigmates.

Un bulbe de crocus qui a trois fleurs dans la main d'un homme.

Avtar Dhillon montre un bulbe de crocus qui a trois fleurs.

Photo : CBC / Gian-Paolo Mendoza

L’or rouge

Le safran est aussi appelé or rouge, parce que tout le processus entourant la récolte et le séchage de la fleur de safran est laborieux et se fait à la main. Chez Avtar Dhillon, toute la famille y met du sien. « Nous sommes une entreprise familiale. Ma famille, mon frère et sa famille participent à la cueillette, puis, autour de la table, nous enlevons les stigmates pour les faire sécher. Et nous en profitons pour jaser », dit-il.

Avtar Dhillon estime qu’il faut autour de 400 000 stigmates pour produire un kilogramme de safran, qui peut être vendu entre 50 000 $ et 60 000 $. Présentement, il y a quelques entreprises qui s'intéressent au produit. L'un d'entre eux est le restaurant The Acorn, dont le but est de promouvoir les produits des fermiers locaux. « Le fait qu'il y a un fermier en Colombie-Britannique qui cultive le safran nous permet de l’utiliser en cuisine, ce que nous n’aurions pas fait avant, puisque nous n’y avions pas accès », affirme Kate Martin, chef du restaurant The Acorn.

Avtar Dhillon est un producteur de safran.

Avtar Dhillon est un producteur de safran en Colombie-Britannique.

Photo : CBC / Gian-Paolo Mendoza

Avtar Dhillon a de grands rêves. Il espère qu’avec le temps la ville d’Abbotsford, où il habite, sera reconnue comme la capitale du safran au Canada. Rien de moins.

D’après les informations de Baneet Braich, Gian-Paolo Mendoza et Gloria Macarenko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !