•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une soirée de karaoké à 150 personnes pour célébrer les assouplissements sanitaires

Des banquettes dans un bar.

Environ 150 personnes sont attendues au bar La nuit des temps à Chicoutimi pour une soirée de karaoké.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le bar à spectacles de Chicoutimi La nuit des temps tiendra une soirée spéciale lundi. Une activité de karaoké est organisée pour célébrer les allègements aux mesures sanitaires en lien avec la COVID-19 qui entraient en vigueur à minuit dans la nuit de dimanche à lundi.

Avec le port du masque obligatoire, il est maintenant permis de demeurer debout, danser et chanter dans les bars du Québec. Il est possible de le retirer cependant pour boire et manger. Pour le karaoké, la personne qui chante doit porter un couvre-visage si elle ne peut respecter une distanciation de 2 mètres ou ne peut se trouver derrière une cloison, indique le site Internet du ministère de la Santé.

Plus de 150 personnes sont attendues dans le local de la rue Racine dès 19 h 30.

Le propriétaire de l'endroit, Alexandre Bédard, explique que la gestion de la clientèle devenait de plus en plus difficile. C'est un poids qu'on avait sur les épaules de gérer une clientèle qui boit. Donc, c'est dur à gérer après une certaine heure. Nous autres, jusqu'à 1 h c'était bon, mais d'ouvrir de 1 h à 3 h, c'est là que les gens commencent un peu à se foutre des règles, on ne se le cachera pas. Donc, c'est vraiment un poids qu'on a de moins sur les épaules en tant que tenancier, puis nous autres on s'est dit : "La journée que ça s'allège, on fait quelque chose!", a raconté Alexandre Bédard.

Les bars ont pu graduellement retrouver leurs heures normales de fermeture au fil des allégements. Ils ont notamment eu le droit de vendre de l'alcool jusqu'à minuit et fermer à 2 h à partir de la mi-juin, puis de vendre de l'alcool jusqu'à 1 h le 1er août. Depuis le 1er novembre, les bars peuvent accueillir 100 % de la capacité de leur permis et fermer à 3 h. Avant cette date, ils étaient limités à 50 %.

Un homme donne une entrevue dans un bar.

Le propriétaire du bar à spectacles de Chicoutimi La nuit des temps, Alexandre Bédard.

Photo : Radio-Canada

Le karaoké s'était retrouvé sur la sellette, alors que l'activité avait été reliée à une éclosion importante de cas de COVID-19 à l'automne 2020 à Québec, à l'aube de la deuxième vague.

Avec des informations de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !