•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain dépose un projet de loi pour mieux gérer ses déchets

Du plastique à usage unique.

« Chaque année, les Albertains envoient 1034 kilogrammes de déchets par personne dans les centres d’enfouissement, soit plus que toutes les autres provinces canadiennes ». dit le gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Le gouvernement albertain veut mieux s'occuper de ses déchets. Selon lui, si le projet de loi 83 qu'il vient de déposer est adopté, il contribuera positivement à l’économie grâce à une meilleure gestion des déchets de plastique et à la création d'emplois « au lieu de créer des déchets environnementaux ».

Si l'Environmental Protection and Enhancement Amendment Act est adoptée, le gouvernement provincial mettra en œuvre un cadre de responsabilité élargie des producteurs pour les emballages, les produits en papier, les plastiques à usage unique ainsi que les produits dangereux et spéciaux, dans la prochaine année.

Le cadre de responsabilité élargie des producteurs aiderait, entre autres, à la diversification de l’économie en encourageant les producteurs à trouver des moyens novateurs pour recycler davantage les matériaux en fin de vie et à concevoir des produits plus durables, et par le fait même, à produire moins de déchets et d’emballages.

Les producteurs sont les mieux placés pour influencer la conception, lance Christina Seidel, directrice générale du Recycling Council of Alberta. De ce fait, un tel programme est très « bénéfique », puisqu'il permet de fabriquer des produits qui réduisent les déchets et sont plus recyclables.

Selon le document de travail du cadre de responsabilité des producteurs, celui-ci permettrait de créer 220 emplois et « réduirait les émissions de gaz à effet de serre de 72 000 tonnes d'équivalent CO2 par an ».

Économie circulaire

Le nouveau cadre soutiendrait « une économie circulaire » des plastiques. Selon ce modèle, les plastiques ne sont pas seulement réutilisés et recyclés, mais transformés.

L'économie circulaire entraîne une utilisation plus efficace des produits à travers le système économique, souligne Christina Seidel.

De plus, elle permet de développer les marchés et d'attirer des investissements. Les investisseurs sont à la recherche de signes indiquant que l'Alberta offre une valeur compétitive et durable pour les portefeuilles, affirme Ed Gugenheimer, président-directeur général d'Alberta Recycling Management Authority. L'annonce d'aujourd'hui (lundi) est exactement ce genre de signal pour le marché des investisseurs internationaux et privés.

La responsabilité sur les producteurs

Avec l'approche-cadre de responsabilité élargie des producteurs, les responsabilités liées à la collecte, le tri, le traitement et le recyclage des déchets s'étendent aux industries qui les produisent.

Ce faisant, les coûts et la gestion du recyclage seront déplacés des municipalités vers ceux qui fabriquent les produits et les consomment directement.

À l'heure actuelle, et depuis trop longtemps, les municipalités et les contribuables assument le fardeau de la collecte, du tri, du traitement et du recyclage des déchets, indique Jason Nixon, ministre de l'Environnement de l'Alberta, dans le communiqué.

Le programme permettrait également à l'Alberta de s'aligner sur d'autres provinces comme la Colombie-Britannique, qui a un programme semblable depuis 1994.

Exemption

L'amendement permet d'exempter certaines matières, activités, industries ou catégories de personnes d'un futur règlement. Toutefois, selon le Ministère, ces dernières n'ont pas encore été établies.

Selon Christina Seidel, la priorité est de déterminer les produits qui seront soumis au nouveau règlement plutôt que ceux qui en seront exemptés. Elle précise cependant que les « petites entreprises » n'auront probablement pas à se soumettre au cadre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !