•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix des propriétés à vendre a bondi de 18,2 % en octobre au Canada

Une maison avec une pancarte « vendu » à Rimouski.

Le mois dernier, 581 275 propriétés ont changé de main au Canada, soit plus que le précédent record annuel, qui était de 552 423.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Bien que l’année ne soit pas encore terminée, l’Association canadienne de l’immeuble peut d’ores et déjà affirmer que 2021 a été l’année la plus occupée de l’histoire du marché immobilier canadien, le prix moyen des propriétés vendues sur les services d'inscriptions du groupe atteignant aujourd’hui 716 585 $.

Il s’agit d’une augmentation de 18,2 % du prix moyen des propriétés à vendre par rapport aux données de la même période l’an dernier.

Selon le groupe qui représente plus de 100 000 agents immobiliers au Canada, il n’y a pas que le prix de vente des maisons qui augmente, les ventes de propriétés augmentent également. En octobre, elles ont grimpé de 8,6 % au pays par rapport à septembre.

« Après un été un peu plus calme, les chiffres d’octobre semblent indiquer que les marchés de l’habitation ont déjà repris la tendance du printemps, marquée par une pénurie d’offres et une demande croissante. »

— Une citation de  Cliff Stevenson, président de l’Association canadienne de l’immeuble

Selon les statistiques de l’ACI, les ventes résidentielles nationales ont déjà franchi leur record annuel en 2021.

Le mois dernier, 581 275 propriétés ont changé de main, soit plus que le précédent record annuel qui était de 552 423. Et il reste encore près de deux mois avant la fin de l’année 2021, souligne l’Association canadienne de l’immeuble.

Cette vigueur du marché immobilier ne devait pas durer aussi longtemps, selon les prévisions initiales.

L’année 2021 continue de nous surprendre, explique Shaun Cathcart, économiste principal de l’ACI.  Les ventes résidentielles ont battu le record de 2020 vers la fin de semaine de l’Action de grâce, donc tout était déjà joué, mais je ne crois pas que beaucoup de gens auraient misé sur une continuation de la tendance jusqu’en début de 2022.

La rareté des propriétés agit sur les prix

En octobre, le nombre de nouvelles inscriptions a baissé de 3,2 % par rapport à septembre, entraînant une hausse des prix dans environ 70 % des marchés locaux. Avec la pénurie, il n’est pas étonnant de voir l’activité augmenter les mois où l’offre est plus importante, peut-on lire dans un communiqué de l’ACI.

En Ontario, le prix de vente moyen des propriétés a fait un bond de 30 % alimenté par la flambée immobilière dans le grand Toronto.

Montréal s’est quant à elle maintenue légèrement au-dessus de 20 %, alors que Québec enregistrait une hausse de 13 %.

En Colombie-Britannique, le prix de vente moyen des propriétés a augmenté au cours des 12 derniers mois de plus de 20 %.

Pour les provinces de l’Ouest, la croissance des prix varie entre 5 % et 10 % selon les secteurs et les provinces.

En Atlantique, le prix de vente moyen a augmenté de 30 % au Nouveau-Brunswick, alors qu’il a crû d’environ 10 % à Terre-Neuve-et-Labrador, selon les données publiées par l’ACI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !