•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le report des interventions chirurgicales inquiète Doctors Manitoba

La province veut créer plus de place aux soins intensifs pour les patients atteints de la COVID-19.

Un lit dans une salle d'opération.

Doctors Manitoba demande au gouvernement de créer un groupe de travail pour gérer la situation actuelle et l'éventuel retour à la normale.

Photo : Mikaela MacKenzie/Winnipeg Free Press/Canadian Press

Radio-Canada

Doctors Manitoba, l’association qui représente plus de 4000 médecins de la province, s'inquiète des conséquences possibles du report de nombreuses interventions chirurgicales, en raison de la hausse récente des cas de COVID-19.

La demande de lits supplémentaires dans les unités de soins intensifs a augmenté alors que les cas de COVID-19 ont doublé en trois semaines dans la province.

La semaine dernière, le Manitoba est devenu de nouveau l’épicentre de la pandémie de COVID-19 au pays, avec 84 cas pour 100 000 habitants en 7 jours.

Vendredi, la santé publique a annoncé que certaines interventions chirurgicales non urgentes seront annulées, afin d'augmenter à 110 lits la capacité des unités de soins intensifs.

Cela signifie que les patients n’ayant pas la COVID-19 ne recevront pas les soins nécessaires en temps voulu, déclare le président de Doctors Manitoba, Kristjan Thompson.

Il ne s'agit pas seulement de chiffres, il s'agit de personnes, lance Kristjan Thompson, qui est aussi urgentiste à l'Hôpital général Saint-Boniface.

Ce sont des Manitobains, des gens qui attendent dans la douleur, qui souffrent et qui attendent dans l'incertitude, a-t-il déclaré en entrevue, dimanche. Je ne peux pas remplacer leur genou ou leur hanche. Je ne peux pas opérer leur vésicule biliaire. Je peux traiter leurs symptômes, leur douleur, leurs nausées, mais c'est un simple pansement.

Environ 130 000 opérations chirurgicales et tests diagnostiques ont été retardés depuis le début de la pandémie, affirme le Dr Thompson, en ajoutant que ces chiffres sous-estiment probablement la réalité.

Répartition des 130 000 opérations retardées jusqu'ici, selon Doctors Manitoba

  • 52 000 interventions chirurgicales

  • 41 000 tests d’imagerie diagnostique

  • 35 000 autres interventions, dont des endoscopies, des mammographies et des tests d’allergies

Les vaccins sont sécuritaires, rappelle le médecin

Le Dr Thompson dit qu'il a vu quatre patients ayant eu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 pendant son quart de huit heures, vendredi dernier. Tous les quatre, dit-il, n'étaient pas vaccinés, et tous les quatre étaient très malades. Un de ces patients, qui a dû être admis aux soins intensifs et intubé, lui a dit qu'il n'avait jamais été aussi malade de sa vie. Ce patient, très antivaccin, était en larmes et me demandait : "Vais-je mourir? , poursuit le Dr Thompson.

Les vaccins sont pourtant sécuritaires, rappelle-t-il. Je lui ai dit : "Je pense que, si vous étiez vacciné, vous et moi n'aurions pas cette conversation aujourd'hui."

Portrait de Kristjan Thompson.

Le président de Doctors Manitoba, Kristjan Thompson, s'inquiète de l'accès aux soins pour les patients qui n'ont pas la COVID-19.

Photo : Gracieuseté de Doctors Manitoba

Ce qui inquiète le Dr Thompson, c'est aussi que d'autres patients, aux prises avec d'autres maladies, ne peuvent recevoir les soins dont ils ont besoin en raison de la pression exercée par la pandémie sur le système. Un de ses patients a dû attendre 12 heures aux urgences avant de recevoir un diagnostic d'appendicite.

Un groupe de travail demandé

Doctors Manitoba demande au gouvernement de fixer une date pour remettre le système de santé à niveau. L'association demande aussi la création d'un groupe de travail formé, entre autres, de travailleurs de la santé de première ligne, qui fournirait des rapports mensuels.

De son côté, la ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, a déclaré dimanche lors d’une entrevue à l’émission Rosemary Barton Live qu’un groupe de travail serait bientôt annoncé pour régler la situation. Mme Gordon a également lancé un appel aux soignants pour les aider à effectuer ces procédures médicales.

Avec les informations d'Austin Grabish

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !