•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois marathons sans interruption au profit du Cégep de Matane

Le technicien en administration au Cégep, Emmanuel Deyrieux, en train de courir.

Environ 2200 dollars ont été récoltés par le technicien en administration au Cégep, Emmanuel Deyrieux.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Radio-Canada

Un employé du Cégep de Matane a atteint son objectif de compléter l'équivalent de trois marathons pendant 24 heures afin d'amasser de l'argent pour la Fondation du Cégep.

Le technicien en administration Emmanuel Deyrieux s'était lancé ce défi au profit de la Fondation du Cégep, qui soutient les étudiants grâce à des bourses et des projets communautaires, entre autres. Environ 2200 $ ont été récoltés.

M. Deyrieux s'en tire avec quelques ampoules aux pieds, mais un grand sentiment de fierté.

Trois marathons, c'est ma limite. Je n'irai pas plus loin. Là, je me considère comme en vacances. [Pour] mon année 2021, mes grands objectifs sont réalisés, a-t-il lancé une fois sa course complétée.

Le technicien en administration au Cégep, Emmanuel Deyrieux.

Le technicien en administration au Cégep, Emmanuel Deyrieux.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Le défi d'Emmanuel Deyrieux a débuté samedi après-midi en présence d’une salle pleine. Les employés du Cégep pouvaient louer un appareil pour une heure ou pour plusieurs heures, question de tenir compagnie à leur collègue.

Il a passé la nuit à courir tout en écoutant des films. La nuit a été calme, j’ai regardé trois films, indique-t-il.

Sur 24 heures, on a beaucoup de temps pour réfléchir donc c'est une petite introspection, un petit voyage à l'intérieur, avait-il expliqué quelques heures après le départ de son défi, samedi.

Il s'agissait du deuxième défi 24 heures qu'il réalise au profit de la Fondation du Cégep de Matane.

Pour l'instant, Emmanuel Deyrieux ne croit pas répéter l'expérience une troisième fois. Toutefois, il admet déjà qu'il pourrait éventuellement changer d'idée.

Jamais deux sans trois, hein ? Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

D’après un reportage de Catherine Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !