•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En manque d’espace, la SPA des Cantons ne reçoit plus de chats pour l'adoption

Deux chats sont tenus par un bénévole devant des cages.

Des chats abandonnés, recueillis par un refuge. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Brian Higgins/CBC

Radio-Canada

La Société protectrice des animaux des Cantons a reçu un nombre trop élevé de chats pour l'adoption dans les dernières semaines, si bien que ses locaux ont atteint leur capacité maximale.

L'organisme a donc pris la décision de suspendre la réception de chats pendant au moins pour une semaine.

Le directeur général de la SPA des Cantons, Carl Girard, explique qu'il n'avait pas le choix de prendre cette décision pour permettre à son équipe de continuer de s'occuper des chats présents au refuge.

« On en avait déjà beaucoup en adoption qui sont prêts à partir. Et ça continue d'entrer les chats errants et les abandons en quantité incroyable. On n'a plus de place. »

— Une citation de  Carl Girard, directeur général de la SPA des Cantons

La SPA des Cantons a également effectué des demandes de transferts d'animaux vers d'autres refuges de la région pour libérer de l'espace.

Un automne occupé

Selon Carl Pépin, la période automnale est généralement l'une des plus achalandées de l'année pour l'organisme.

C'est beaucoup de travail, ça représente une charge de travail énorme, souligne-t-il.

Il explique que bien des citoyens amènent des chats errants de peur qu'ils ne passent l'hiver dehors.

C'est pas mal la routine chaque automne, les gens nourrissent les chats pendant l'été. L'automne arrive, il commence à faire froid. Les gens paniquent. Ne veulent pas les laisser à l'extérieur pour l'hiver, donc c'est là qu'ils vont les capturer et nous les amener, illustre-t-il.

Il rappelle que la meilleure chose à faire pour protéger ces animaux est de les faire stériliser dès que possible, puisqu'un couple de chat peut donner 20 000 petits en seulement quatre ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !