•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avis mitigés concernant la preuve vaccinale des jeunes pour les sports intérieurs

Des filles sont regroupées avec un chandail de hockey et un casque. Elles sont de dos.

Environ 40 % des 960 joueurs de l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface sont âgés de 12 ans et plus et seront touchés par cette nouvelle restriction.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Dès le 6 décembre au Manitoba, toutes les personnes âgées de 12 ans plus devront présenter une preuve vaccinale contre la COVID-19 pour participer aux sports récréatifs intérieurs. Cette ordonnance sanitaire reçoit un accueil partagé de la part de parents.

Il y aura des défis, avoue le président de l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface, Shaun Chornley.

Les jeunes sportifs et sportives devront avoir reçu au moins une dose de vaccin ou devront fournir un test de dépistage négatif dans les dernières 72 heures.

M. Chornley précise que le centre récréatif Notre-Dame, à Saint-Boniface, n’offrira pas les tests rapides.

En conférence de presse vendredi, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a affirmé que les tests rapides concernant une exigence vaccinale devront être administrés dans les pharmacies privées et non pas dans les centres de dépistage offerts par la province.

Shaun Chornley est debout devant un aréna de hockey. Il porte une chemise, une cravate et un masque.

Shaun Chornley préfère voir des restrictions sanitaires et vaccinales plutôt qu’une fermeture complète des activités.

Photo : Radio-Canada

« Je pense que certains joueurs arrêteront de jouer [en raison de cette restriction]. »

— Une citation de  Shaun Chornley, président de l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface

Les plus récentes données de la santé publique illustrent une augmentation du nombre de cas de COVID-19 parmi les personnes de moins de 20 ans.

L’Association de hockey mineur de Saint-Boniface comprend 52 équipes et des joueurs allant de 5 à 18 ans.

Environ 40 % des 960 joueurs de l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface sont âgés de 12 ans et plus et seront touchés par cette nouvelle restriction.

Courtney Blocker est père d’une fille de 12 ans qui joue au hockey au centre Notre-Dame. Il se dit rassuré par les règles sanitaires additionnelles.

Nous devons tous faire notre part pour que tout le monde soit en sécurité, dit-il, en ajoutant que sa famille est déjà vaccinée.

Courtney Blocker est debout devant l’aréna de hockey. Il est vêtu d’une tuque et d’un manteau.

Courtney Blocker croit que la vaccination devrait être obligatoire pour les sports récréatifs et pour les écoles.

Photo : Radio-Canada / Zoé Le Gallic-Massie

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Selon lui, la vaccination permet aux enfants de pratiquer le sport qu’ils aiment.

D’autres parents rencontrés par CBC/Radio-Canada au centre récréatif Notre-Dame ne comprennent pas pourquoi la vaccination sera exigée pour leurs enfants si elle ne l’est toujours pas dans les salles de classe.

Selon eux, un aréna représente un vaste espace tandis qu’une salle de classe est un endroit plus renfermé. Mais les matchs ne seront pas tous présentés dans des arénas.

La province indique que la vaccination obligatoire inclura tous les sports intérieurs, même ceux dans les écoles.

Le microbiologiste médical à l'Hôpital Saint-Boniface, Philippe Lagacé-Wiens aurait aimé que cette exigence vaccinale soit imposée plus tôt.

On sait que le tiers des cas sont parmi les jeunes. Que ce soit acquis dans les écoles ou non. [D’ici le 6 décembre], il peut y avoir beaucoup de changements et beaucoup d’éclosions. [Le virus] va se transmettre d’une école à l’autre durant les sports. Il y a beaucoup d'interactions entre les élèves à ce temps-là.

Shaun Chornley croit que la majorité des joueurs de l'Association seront vaccinés. Il espère que ceux qui ne le sont pas démontreront un esprit de collaboration.

Nous préférons des restrictions plutôt qu’une fermeture complète. Nous devrons vivre avec les règles sanitaires encore pour un moment.

Avec des informations de Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !